éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Sans droit à la vie
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Simon Grunwald
 
Présentation
Cet ouvrage constitue mon témoignage sur la Shoah. Il dénonce l'extrême cruauté des événements que j'ai vécus pendant la Seconde Guerre mondiale en Pologne. J'y raconte les difficiles conditions de survie que j'ai connues, hors et dans les ghettos, ainsi que ma vie d'enfant caché. C'est l'histoire d'un enfant parmi des milliers, à qui on enleva le droit à la vie, ou comment un enfant heureux qui ne savait même pas qu'il était Juif, fut plongé dans la plus grande tragédie de son peuple. Ce témoignage montre de manière irréfutable la participation massive des Polonais dans le génocide des Juifs de Pologne. Il rappelle aussi l'existence de quelques « Justes » prêts à aider, au péril de leur propre vie, ces Juifs en danger. Ce livre relate mes propres souvenirs et d'autres racont
Extrait du livre
Un jour, en traversant un village, j'aperçus des garçons qui jouaient au ballon. Je m'approchais d'eux et m'assis pour les regarder jouer. Dès qu'ils me virent assis à les regarder, ils m'appelèrent : « Viens jouer avec nous ! » J'hésitais puis je me joignis à eux. Le jeu de ballon, quel immense plaisir pour un enfant, c'était la première fois depuis le début de la guerre que je courais derrière un ballon. Il commençait à se faire tard. « On va rentrer », dit un des garçons. Ils s'éloignaient déjà, quand l'un d'eux se retourna vers moi : « Et toi, tu ne rentres pas chez toi ? Où sont tes parents ? – Je n'ai pas de parents. – Eh bien, viens avec moi. » En arrivant chez lui, il cria : « Maman ! Maman ! Viens voir qui j'amène ! Regarde, j'ai un nouveau copain. Il n'a pas de parents, peut-il rester avec nous ? » Sa mère me regarda et m'interrogea : « D'où viens-tu ? – De Varsovie. – Et tes parents ? – Je les ai perdus. » Puis elle s'adressa à son fils : « Je vais en parler à ton père quand il rentrera. » Après le retour de son mari, elle revint me voir et me rassura : « Tu pourras rester chez nous, mais tu devras te trouver un travail et gagner ta vie. » Je la remerciais car je me plaisais bien chez eux et j'y étais resté. J'aimais bien mon copain Marek avec qui je jouais beaucoup. Comme tous les Polonais, le dimanche suivant, Marek, ses parents, des amis et moi, nous partîmes tous en chariot à cheval, pour assister à la messe. Au bout d'une heure de voyage, nous arrivâmes à l'église. Aussitôt, je réalisais que c'était celle où je venais tous les dimanches lorsque je travaillais chez le paysan ivrogne. Que faire ? Il était déjà trop tard. Nous étions entrés dans l'église et y suivîmes la messe sans problème. C'est à la sortie de l'église que je me suis trouvé face à Janek et à mon ancien patron. Dès qu'ils me reconnurent, ils se mirent à crier : « Juif ! C'est un Juif ! » J'essayais de me défendre en criant que je n'étais pas Juif. Un paysan m'attrapa et me secoua fortement : « On va voir cela tout de suite, si tu es Juif ou non ». Il commença à enlever mon pantalon devant tout le monde, lorsque le curé sortit de l'église, fit le signe de la croix et ordonna : « Lâchez ce garçon tout de suite ! – Mais c'est un Juif !, criait mon ancien patron. – Il n'y a pas de Juif ici », répondit le curé. Il mit sa main sur ma tête et ajouta : « Non, Stasiek n'est pas Juif. » Il fit le signe de la croix à nouveau et retourna à l'église. Le paysan me lâcha aussitôt et à partir de ce moment, je n'étais plus Juif pour personne. Les Polonais, surtout à la campagne, respectaient leurs curés et confesseurs, auxquels ils obéissaient en toute chose. Telle était la puissance de l'Église polonaise. Il aurait suffit de quelques paroles de cette Église pour arrêter la participation des Polonais au génocide des Juifs. Paroles qui n'ont jamais été prononcées. C'est le sentiment humain du curé de cette église qui m'a sauvé la vie. Il m'a prodigué protection et charité longtemps et très souvent après cet épisode, et demandait de mes nouvelles. Je continuais d'ailleurs à me rendre à la messe tous les dimanches avec les petits chrétiens de mon âge.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre