éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
C'est leur histoire
Ajouter ce livre à mes favoris
 
André-lilian Mossé
 
Présentation
Ce sont donc deux enfants à qui les nazis ont volé leurs parents du seul fait de leurs origines juives qui ici témoignent pour leur mémoire. Ils nous racontent leur histoire parce qu'eux-mêmes étaient trop jeunes pour agir, mais pas trop pour subir… La famille réside à Angoulins-sur-Mer (Charente-Maritime) qui au lendemain de la défaite française de 1940, se trouve dans la zone côtière interdite. Le grand-père, père de huit enfants, juif non pratiquant, fait partie des notables locaux. Venue de Marseille, l'une de ses filles, Francine, réfugiée depuis l'Exode avec Lilian, Réjane et leur père, arrive à Angoulins pour voir les siens. Son arrivée de la zone « libre » dans cette zone très contrôlée jette la suspicion d'espionnage sur toute la famille. La quasi-totalité de ses membres e
Extrait du livre
Le samedi 6 mars, Maman arrive chez son père aux Platanes où elle retrouve ses frères et sœurs. Elle va se recueillir sur la tombe de ses filles, puis se rend chez Jules qui loge dans les dépendances des usines. Lorsqu'elle pénètre dans le vestibule, un membre de l'armée d'occupation les croise et paraît étonné de la présence inhabituelle de cette femme en ces lieux. Mon oncle présente donc sa sœur et précise naïvement qu'elle arrive de Marseille… L'officier s'interroge alors sur cette femme entrée illégalement dans zone côtière. Ne serait-elle pas une espionne ? Angoulins est en effet situé dans la zone côtière interdite, où est construit le Mur de l'Atlantique et où la circulation des personnes est soumise à la présentation d'un Ausweiss (« laissez-passer »). D'autre part, la ligne téléphonique utilisée par l'état-major est reliée à l'appartement de notre oncle Jules. Il pourrait intercepter les communications. N'y a t-il pas là toutes les raisons pour soupçonner cette famille ? Dans cette situation, les Allemands vont réagir immédiatement. Le dimanche 7 mars 1943 en fin de journée, la Feldgendarmerie se présente et arrête Jules et Fabienne. Le lendemain, ils arrêtent notre mère. Le mardi 9 mars, c'est le tour de Charles. Notre grand-père, âgé de 76 ans, obtient un sursis et se porte garant de sa personne afin que les autres frères et sœurs se constituent prisonniers. Il sera ainsi l'otage des Allemands et cela évitera la fuite… Donc, Myriam se rendra le 10 mars, Gustave le jour suivant. Le 12 mars, on arrête Georgette à la Poste de La Rochelle où elle est surveillante au service des télégrammes. Le lundi 15 mars, Alfred est pris à son retour de voyage. En une semaine, huit membres de notre famille sont incarcérés avec méthode, sans précipitation, sans aucun moyen d'échapper à cet étau. Qu'adviendrait-il du grand-père si on tentait de fuir ? Le chef d'inculpation est : espionnage et complicité. Toute la famille est donc incarcérée à Lafond, ancien asile d'aliénés et siège de la Gestapo de La Rochelle. Maman a compris que tout est fini. Elle va rester une dizaine de jours enfermée au secret dans une obscure cellule où la déception et la peur l'envahissent. On lui a confisqué bijoux, argent, papiers… Aucune communication n'est possible vers l'extérieur, et, comble de malheur, elle assiste à des scènes atroces telles que la torture de son frère Jules. Le 18 mars 1943, frères et sœurs sont réunis pour être dirigés vers le camp de Poitiers. C'est maintenant à travers la correspondance de notre mère que je vais essayer de présenter les sentiments, les faits et les souffrances tels qu'ils se sont déroulés.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre