éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
La rue Arago
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Ginette Caron
 
Présentation
Un récit de vie intimiste touchant Le quotidien d'une petite fille durant la seconde guerre mondiale Troisième d'une fratrie de cinq enfants, l'auteure nous parle des siens et des difficultés rencontrées pour continuer à vivre – voire survivre – lorsque tout manque, que les bombardements allemands distillent la terreur. Elle décrit aussi les astuces trouvées par les uns et les autres pour s'en sortir, les petites joies, les moments de tendresse… et la vie qui continue, malgré tout.
Extrait du livre
Lorsque nous étions enfants, je ne me souviens pas m'être querellée une seule fois avec Roger. J'étais sa grande sœur, il ne me contredisait jamais. Je n'en abusais pas et m'efforçais de le satisfaire chaque fois que, timidement, il exprimait un désir. Parfois notre mère nous donnait quelques centimes pour acheter des bonbons chez l'épicière proche de notre maison. Les chewing-gums étaient interdits. Il ne nous venait pas à l'idée de désobéir. Nous étions, pourtant, fortement attirés par cette friandise que l'épicière plaçait sur son comptoir, juste sous notre nez. C'était rose et ça sentait bon la fraise. Un jour la tentation eut raison de notre sagesse et nous avons acheté un chewing-gum que nous avons partagé. Goulûment nous l'avons « mâchouillé » à une vitesse incroyable, pour en profiter au maximum. Puis nous l'avons craché, avec regret, avant d'arriver à la maison. Je n'avais pas bonne conscience. Non seulement j'avais désobéi mais j'avais fait de Roger mon complice. Dans la tribu des cinq enfants, j'occupais la place du milieu. J'étais toujours trop petite ou trop grande ! Trop petite pour aller au cinéma, trop grande pour faire un tour de manège. Une fête foraine s'installe, un jour, dans notre ville. Les chamboule-tout, les balançoires, les manèges… tout était très tentant. Maman a acheté deux tickets : l'un pour Roger et l'autre pour Jeannine. Après maintes recommandations, elle me charge de les emmener à la fête. Sans hésitation, ils choisissent le manège. Avec empressement ils grimpent, Roger sur un cheval et Jeannine dans une voiture. Le manège démarre. Le forain passe parmi les enfants pour réclamer les tickets. De loin, je le vois qui s'attarde devant Roger. Puis il se met à gesticuler et à menacer de la main. Roger, tout pâle, semble se défendre. Excédé, le forain arrête le manège et le fait descendre. Surprise, je prends mon frère par la main et l'éloigne au plus vite du tyran. Je l'interroge : « Où est ton ticket ? ». Il le sort de sa poche et me dit : « Je l'ai gardé pour toi ». Ma gorge se noue. J'attrape mon Roger et le serre contre moi. Un peu plus tard, Jeannine descend du manège, ravie. Elle veut monter encore mais cette fois sur un vélo. Je lui explique que ce n'est pas possible, nous n'avons plus de sous ! Elle comprend, jette un dernier regard sur le beau manège et nous suit à regret. Nous rentrons à la maison, tous plus ou moins contrariés. Plus tard, en grandissant, Roger n'eut qu'une seule obsession : l'argent. A douze ans, malgré les protestations de ma mère, il a quitté l'école pour aller travailler dans une usine de chaussures. A dix-sept ans, il a rencontré Christiane avec qui il a eu de beaux enfants : Richard, Patricia et Aline ; trois raisons de plus pour posséder de l'argent. Les difficultés s'accumulèrent obligatoirement. Le tendre Roger de notre enfance devint un homme d'affaires, sans cesse préoccupé par son travail. Il fallait bien le connaître pour déceler en lui un cœur tendre et plein de générosité. Il savait aussi être féroce face à la malhonnêteté. Son attitude était toujours conforme à son esprit de justice.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre