éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
MAVI Mo9VR
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Emmanuel Leenhardt
 
Présentation
Emmanuel Leenhardt, Mavi mo9vr > témoignage Il sait qu'il est malade, mais sa maladie, elle, elle sait qu'il ne l'est pas ! Faux faux malade ou vrai vrai chercheur, naufragé de son époque, résistant sans force, combattant sans arme, il cherche à rendre compte, à se rendre compte, sans intention, des mécanismes d'une pensée en enfer, obligée de reconnaître la souffrance intérieure et la perte de contact avec les autres, sans pouvoir cependant lâcher prise en faveur de la pensée normative du « système » représenté par les institutions psychiatriques, ressenties malgré soi comme autoritaires, arbitraires, colonisatrices, castratrices d'un ultime territoire poétique et sensible, comme un envahisseur despotique face auquel la mort vaudrait mieux que la défaite.
Extrait du livre
Il faudrait sur ma route un super psychiatre. Un personnage que je n'ai pas rencontré qui saurait me décoder. Tu sais, je ne suis pas un intégriste de ma représentation du monde, de la réalité. Je ne tiens pas trop à ma façon de voir, j'essaie de la changer autant que possible, mais je suis piégé par ma logique. Je me suis même intéressé à la logique, la logique scientifique, la logique mathématique : je souffre, c'est parce que je suis malade, donc je veux guérir, c'est simple. Peut-être que c'est une maladie incurable, mais on ne me le dit pas trop. Je n'arrive pas bien à trouver le fil du texte. Je n'ai pas réussi à m'endormir non plus. Je voudrais juste tirer le fil du texte, sans trop réfléchir, juste laisser couler quelque chose qui me fait du bien, sans que ce soit exigeant ou compliqué, juste calmer une vie ratée, tu comprends, calmer quelque chose qui souffre, qui n'est pas non plus totalement Tout, sans trop m'arrêter, trouver un rythme sur le clavier de la machine que je n'ai pas trouvé dans ma vie, qu'un super psychiatre aurait su me montrer, avec toute la douceur qu'il aurait fallu pour m'enfermer quand il fallait, une logique qui aurait été à la fois la Logique avec un grand L, celle qui marche pour les culbuteurs, les guérisons des poètes un peu trop guerriers et les réglages subtils de l'allumage quand il n'y a pas la revue technique, et qui aurait été à la fois ma logique, Ma Logique avec un grand M comme « Légitime » je suis Légitime de quelque chose qui est à la fois « moi » et « légitime », qui n'a pas besoin d'être malade ni de souffrir et qui doit bien être écrit quelque part dans les droits de l'homme, mais où, et des bras de femme adulte pour me consoler sans me laisser l'issue d'attendre d'elle que j'en devienne dépendant et elle de moi, un psychiatre qui m'aurait pris en charge en descendant de l'ambulance des pompiers et qui m'aurait guéri, malgré moi, mais quand même avec moi, au lieu de me laisser penser sans s'en apercevoir que c'est lui qui était malade, que c'est lui qui était en fuite et qui ne voulait pas me rencontrer ni me connaître, puisqu'il ne venait pas avec moi rester enfermé dans la cellule d'isolement après la piqûre, qu'après la piqûre il ne vient pas dans la chambre me dire sa logique en me regardant lutter pour ne pas m'endormir, il ne vient pas regarder ma nouvelle deuxième, troisième, quatrième, cinquième, sixième, septième, n-ième, n + 1 ième défaite dans la cellule d'isolement, où il faut accepter tout seul l'invasion du médicament qui met fin à l'espoir absolument certain, à l'espoir mégalomaniaque, c'est-à-dire pas invincible mais simplement plus fort que la mort, c'est-à-dire plus fort que la perspective de faire une nouvelle crise, de retourner à l'hôpital, des médicaments, des médicaments, plus fort que la perspective des médicaments, c'est-à-dire l'espoir qu'Ophélie va m'aimer et que le monde va changer, même si ça n'est pas grâce à moi, même si c'est grâce aux économistes, aux professeurs, aux industriels et à tous ceux qui réussissent, même si tout ce qui me révolte au plus profond de moi s'impose tout à la fin comme le bien, la preuve de mon erreur, ma guérison, et un monde tout tranquille où l'on s'endort le cœur heureux chaque soir, chaque soir, tous les soirs, toutes les vies, toujours, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas, pourquoi pas.......
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre