éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Voyage en Chine
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Marie-France Lacroix-Fournier
 
Présentation
Voici deux voyages en Chine de Michel et Marie-France, émaillés d'anecdotes amusantes et de récits légendaires. Ils nous promènent dans trois provinces, entre montagnes sacrées et rivages orientaux. Le Hubei et les Monts Wudang, de tradition taoïste ; le Shanxi, les Monts Mian, bouddhistes, une cité hors du temps, Pingyao ; puis le Shandong et son port pittoresque, Qingdao, les Monts Tai, visités sous une tempête de neige, Jinan et Qufu, la ville de Confucius. C'est la Chine entre héritage du passé et image de la modernité. Voyages en train de nuit, cuisine traditionnelle, balades en vélo-taxi, échanges avec des gens chaleureux et curieux. Au hasard des rencontres, des visites, de la gastronomie, des flâneries dans les artères commerçantes.
Extrait du livre
Les Monts Taishan De Pékin, nous partons donc vers la Province du Shandong. C'est un voyage d'une dizaine d'heures de route et de paysages champêtres qui s'élèvent au fil du temps, entrecoupés de pauses « techniques », qui nous amène au pied du mont Tai, le Taishan. […] D'après la plus ancienne mythologie, Taishan est sorti de la tête de Pangu, le créateur du monde, célébré depuis plus de 4 000 ans par les chamans puis les empereurs… Source de vie, c'est la que le soleil entamait son parcours diurne. Depuis, la montagne, puissance vivante, aide à préserver l'ordre cosmique : assembleuse de nuages, faiseuse de pluie, elle crée et stabilise toute vie aux alentours. Nous sommes tout de suite dans l'ambiance : cette montagne, la plus sainte, la plus révérée, la plus élevée des cinq montagnes sacrées de la Chine avec ses 1 545 mètres est aussi la plus visitée. Elle est inscrite au Patrimoine mondial de l'Humanité depuis 1987. Nous arrivons au village de Tianwaicun, d'où partent les premières volées des 6 600 marches qui montent au sommet sacré… A côté du temple de Tiankuang, un musée de plein air comprend deux cents stèles parées de vieux cyprès tordus dont plusieurs ont 2 000 ans. Autrefois, les empereurs montaient à cheval au sommet de la montagne, et les mandarins y étaient conduits en palanquin Les pédestres pèlerins peuvent encore choisir entre deux itinéraires, celui du centre et celui de l'ouest. Ils longent des temples, des pavillons, des stèles gravées, des sanctuaires… Nous abandonnons notre car, trop important pour ces petites routes de montagne. Des mini-bus nous mènent à mi-pente, à Zongtianmen (la « porte à mi-chemin du ciel »), à 847 mètres d'altitude, où nous prenons le téléphérique (honte à nous, infâmes paresseux !). Des œufs confortables, à six personnes, nous font survoler les pentes où les arbres commencent à se parer de fleurs jaunes, roses et blanches, annonçant le printemps. Nous débarquons à Nantianmen, la « porte du sud pour gagner le Ciel », l'entrée du Royaume des Immortels. Le sacré et le profane font bon ménage, en haut du mont. La rue Tianje (« rue du ciel ») nous offre, du côté de la montagne, une rangée d'échoppes et restaurants aux tentations diverses. Une vue à couper le souffle nous attend : du haut des dernières marches, nous voyons la fin du « sentier aux dix-huit virages » qu'ont gravi les pèlerins. Une jeune fille rouge comme un coquelicot nous annonce, triomphante, qu'elle a fait l'ascension en quatre heures : est-ce bien raisonnable, car on compte en général six heures de grimpette ? On la voit continuer en titubant : la piété va-t-elle de pair avec l'exploit, le pèlerinage vaut-il si on s'écroule au bout ? A notre hôtel, le Shenqi, en haut de la montagne, nous trouvons, dans la chambre, des manteaux verts, en feutre ouatiné, à galons dorés : des capotes militaires chinoises, qui nous font craindre le pire pour la température de la nuit, d'autant que l'établissement, bien que très luxueux, (c'est le seul trois étoiles du coin) n'a pas l'air chauffé ! Après le dîner, délicieux, nous revêtons nos capotes, des écharpes, des bonnets et nous rendons au « temple des Nuages d'azur », le Bixiachi. La foule est dense et joyeuse, en ce jour de fête.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

14.11.2009
Voyage en Chine, un livre qui nous présente l'Asie telle que nous l'aimons avec ses sites culturels prodigieux mais aussi avec toutes ses nuances et couleurs du quotidien. Plonger au coeur d'un pays, n'est-ce pas s'imprégner de toute sa culture avec ses traditions, mythes et légendes?
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre