éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
L'exorcisme de la blès
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Patricia Donatien-Yssa
 
Présentation
L'exorcisme de la blès est une étude critique du roman Autobiographie de ma mère de Jamaica Kincaid. L'auteur explore à travers cette étude le roman dense et troublant d'une écrivaine dont l'écriture est un cri de colère contre un système colonial avilissant. Patricia Donatien-Yssa nous donne ainsi les clés d'un style marqué par la spiritualité et le symbolisme qui révèle une identité rhizomique et s'inscrit dans la subvertion des discours européens. Grâce à l'exploration de l'esthétique de la souffrance et de la mort, en un mot, de la blès, maladie coloniale infectant espaces, corps et esprits, l'auteur nous permet de comprendre l'acte rituel de création et de sublimation auquel se livre Kincaid pour nous offrir cette oeuvre caractérisque
Extrait du livre
INTRODUCTION L'œuvre de Jamaica Kincaid prend corps dans le mythe d'une fin de millénaire où les certitudes existentielles et sociétales s'effondrent pour laisser la place aux investigations et aux expériences. Après avoir écrit deux romans de facture classique et assimilable au bildungsroman, où la réécriture du vécu personnel du passage à la maturité s'inscrit comme stratégie narrative fondamentale ; Jamaica Kincaid prend au milieu des années 90 un tournant décisif avec la publication du roman Autobiographie de ma mère. Dans cette création centrale, qui apparaît comme étant à ce jour l'œuvre majeure de l'auteur, Jamaica Kincaid installe son écriture dans un véritable processus fictionnel et aborde dans un trope élégant, complexe, mais dépourvu de sophistication, l'exploration du chaos, de la désorientation, de l'ambiguïté et de l'incertitude. Toute création, s'articule entre un début et une fin, mais le cœur, l'axe, le pilier central qui soutiennent et orientent cette création, ne se révèlent, dans une œuvre aussi rude et dense, qu'à travers une démarche volontariste de compréhension et d'exploration aussi bien sensorielles que cérébrales. Dans ce roman essentiel, le lecteur ne se voit offrir que la certitude d'un début et d'une fin. Jamaica Kincaid s'inscrit en effet dans une approche déstabilisante d'une fiction qui s'articule autour d'un chronotope où les ancrages spatiaux et temporels se dérobent, de personnages qui naviguent entre réel et irréel, et d'une narration basée sur le glissement, la superposition et la fragmentation. Les thématiques et les singularités de ce roman sont nombreuses ; le défi de la tâche entamée dans cet ouvrage consistait donc à déceler le cœur palpitant de l'œuvre et son axe central. Jamaica Kincaid, malgré une volonté affichée de se démarquer de tout courant littéraire et de toute orientation théorique, appartient, à n'en point douter à la vague des auteurs qui, nés dans la deuxième moitié du 20ème siècle, dans un pays anciennement colonisé, ont emboîté le pas à leurs aînés, dans une écriture affranchie de toute revendication nationale mais fermement positionnée dans la contestation des normes et des canons européens, mais aussi des contraintes discursives de l'activisme caribéen. Son roman explore donc les différentes figures communes à cette vague d'auteurs : l'identité, l'hybridité, les antagonismes entre races, classes et sexes opposés. Cependant, Kincaid refuse de situer l'articulation de son oeuvre dans une opposition binaire qui jetterait dans un affrontement duel le colonisateur et le colonisé, le riche et le pauvre, le blanc et le noir, l'homme et la femme. C'est au contraire dans l'interstice, dans la fissure, dans l'incertitude des frottements et des glissements opérés dans la perte de contrôle caractéristique de l'être humain que Kincaid positionne ses personnages, sa narration et son intrigue. Sa stratégie est celle de la négation de la certitude et de l'investigation du non visible pour une recréation fantasmée d'un monde trop irrémédiablement figé dans un carcan systématique. Cette posture de remise en question et de parti pris d'une esthétique du contre-exotisme ont orienté notre réflexion vers un axe central qui serait rattaché à cette part de l'invisible, du suggestif et spirituel que serait la blès. Ce mot intrigant pour la majorité des lecteurs appelle bien entendu une exploration de son champ d'acceptions. La blès, telle que nou
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre