éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Jean Grenier
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Yves Millet
 
Présentation
Parmi les nombreux intellectuels occidentaux qui ont marqué un intérêt pour l'Extrême-Orient, le philosophe et écrivain Jean Grenier (1898-1971), offre un modèle qui ne ressort ni de l'exotisme littéraire ni de la recherche scientifique mais de l'expérience : celle du Vide. Multipliant les genres et les lectures, les voyages et les essais, il n'aura de cesse de répondre à cette expérience inaugurale. Partant, peu furent - exception faite peut-être de Cioran - ceux qui, en philosophie, ont revendiqué une telle liberté d'indifférence. Peu ont ainsi tenté de vivre, pour reprendre ses termes : « à mi-chemin d'une inspiration et d'une création », et de faire de cette création inchoative l'expression d'un style.
Extrait du livre
« … mon premier souvenir est un souvenir de confusion, de rêve diffus s'étendant sur des années. On n'a pas eu besoin de me parler de la vanité du monde : j'en ai senti mieux que cela, la vacuité » [L.Î., 24]. Ce sentiment du vide, reconnu très tôt chez Grenier, évoluera. On peut en effet dire que selon les différents témoignages qu'il donne, ce sentiment passera d'un vide ressenti comme angoissant, dont l'analyse fera souvent référence aux textes de la métaphysique indienne, à un « vide-plénitude » dont la référence, exemplaire pour lui, est celle exprimée par les textes de la tradition taoïste. Ce passage, de la vastitude au vide, de l'étendue à la vacuité, connaîtra une étape intermédiaire : son séjour méditerranéen. Lorsque Grenier, « élevé dans un pays brumeux et froid », se reconnaît dans les paysages de la Méditerranée [I.M., 88], il y reconnaît un pays pour l'homme, fait à sa mesure, et peut ainsi croire pouvoir oublier ou fuir celui d'indifférence qui le façonna : cet Océan générateur d'inquiétude. Le jeune Grenier, presque à son insu, a comme subi la patiente et longue érosion des vagues, la limpidité des horizons disparaissants, celle du ciel regardé des heures durant dans l'insouciance et qui soudain s'efface. Lentement y ont cédé les certitudes et la volonté d'action. Lentement s'est creusé un vide à l'aune duquel chaque chose était mesurée et retombait dans l'indifférence, auprès duquel toute valeur ne pouvait s'entendre que dans sa pure relativité. L'in-quiétude répond à l'in-différence, de quotidienne elle devient métaphysique et les grandes questions s'y engouffrent sans trouver d'assises sur lesquelles échafauder une résistance, un choix, un parti pris. Grenier choisira l'exil. Plus exactement, Grenier concède qu'il n'a pas opté pour le départ mais que le sentiment du vide l'y a conduit naturellement, comme si ce manque avait ouvert une dynamique, comme si le vide obligeait au mouvement, à la recherche d'une plénitude : « Il n'est pas étrange que l'attrait du vide mène à une course (…) La peur et l'attrait se mêlent – on avance et on fuit à la fois ; rester sur place est impossible. » Les séjours entrepris seront donc aussi bien d'ordre géographique que d'ordre intellectuel, par l'intermédiaire de paysages aussi bien que par celui d'horizons philosophiques jusqu'au jour où, ajoute-t-il, « (…) ce mouvement perpétuel est récompensé : la contemplation muette d'un paysage suffit pour fermer la bouche du désir. Au vide se substitue immédiatement le plein » [L.Î., 29]. L'épreuve du vide est une épreuve physique, elle est le vécu d'un sentiment profondément concret qui délie chaque instance sur un fond d'indifférence, voue l'initiative à un suspens parfois tragique, parfois résigné, où une sensibilité détachée se partage entre scepticisme et déréliction. Ce déliement n'aboutirait qu'à un silence prostré si elle n'était en même temps - du moins est-ce le cas pour Grenier - le signe d'une ouverture. Il crée un appel et la distance que cette ouverture instaure au sein de l'œuvre qui s'écrit apparaît comme le résultat d'une soustraction laissant place à autre chose dont l'énigme suscite parfois la nostalgie.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre