éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Sali
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Salomon Malmed
 
Présentation
Un enfant perdu dans la tourmente de la guerre. Sali, de son vrai nom Salomon Malmed est fils d’immigrés juifs de l’Europe de l’Est. Son père décède, il est encore en bas-âge. L’antisémitisme faisant rage en France, sa mère, désemparée, le confie à l'Œuvre de secours aux enfants. De maison d'enfants en maison d'enfants, il connaît la vie insouciante d'un enfant trop jeune pour prendre conscience du danger qui l'entoure. Ce n'est que plus tard qu'il connaîtra la peur. L’auteur a longtemps hésité à livrer son témoignage par pudeur. C’est peu à peu qu’il a pris conscience du caractère emblématique de son histoire, celle des enfants cachés.
Extrait du livre
Le monsieur m'a dit bonjour en me souriant. La femme très âgée ne disait rien. Forcément, elle ne parlait pas un mot de français. Je ne me souviens pas que nous nous soyons embrassés. Ces personnes ne m'avaient pas vu depuis de nombreuses années. La découverte qu'ils faisaient en me retrouvant devait les surprendre. Les six années passées m'avaient complètement transformé. La conversation avec l'homme ne dura pas bien longtemps. Cependant, en quelques mots prononcés avec un fort accent étranger, j'ai appris qu'il était le frère de ma mère, donc mon oncle. J'entendais ce mot pour la première fois et saisissais vaguement le lien de parenté qu'il représentait. Il s'appelait H. Kibel. Quant à la vieille dame qui l'accompagnait, elle était la mère de mon père, donc ma grand-mère. Toutes ces nouveautés créaient un peu de désordre dans ma tête. Quand ça vous tombe dessus, cela semble bien compliqué. Enfin, pour la première fois, je découvrais que j'étais comme tout le monde, que j'avais une famille. Mais qu'en restait-il ? On ne me disait rien, ni de mon père ni de ma mère. Pour elle, j'avais déjà compris depuis quelques mois à Saint-Paul, mais mon père où était-il ? Personne ne m'avait jamais rien dit à son sujet. Pourquoi n'en parlait-on pas ? Pourquoi ce silence, ce mystère ? Quelques mois plus tard, j'apprenais ou je prenais conscience que mon père n'était plus là, qu'il était mort lui aussi, mais bien avant la guerre en 1937 à l'âge de vingt-neuf ans, à la suite d'une grave maladie. A l'époque, j'avais un an et demi. Ma mère était veuve alors qu'elle n'avait pas encore atteint sa vingt-cinquième année. On n'est qu'une misérable et impuissante larve lorsqu'on prend conscience au fil des années de ces drames qui vous détruisent. La tristesse, le déchirement muet de la fin de ma vie auront été de ne pas savoir comment ma mère a pu vivre seule avec un enfant de 1937 jusqu'au début de 1940, date probable de mon arrivée dans les maisons OSE, puis de 1940 à mars 1944 lorsqu'elle fut déportée au camp de concentration d'Auschwitz duquel elle ne revint pas. Elle n'avait pas encore trente-deux ans. Toute la vie, les blessures de l'enfance nous accompagnent en silence.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre