éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Jamais je n'aurai quatorze ans
Ajouter ce livre à mes favoris
 
François Lecomte
 
Présentation
L'hommage bouleversant d'un fils à son père Un témoignage poignant, à la fois intime et universel Autodidacte et musicologue, François Lecomte, issu d'une vieille famille juive française, nous offre un récit profondément humain. François Lecomte adore son père : Jean Lévy. De sa plus tendre enfance à ses premières années d'école, celui-ci lui enseigne l'amour de la musique, de la poésie et de la littérature, mais aussi les jeux, les rires et la force pour surmonter les épreuves de l'enfance et celles, bien plus douloureuses, de la guerre, de l'étoile jaune, de la peur, de l'isolement et de la séparation d'avec ses parents. En 1943, ce père aimé et aimant disparaît à Auschwitz, laissant son fils à jamais blessé.
Extrait du livre
Le 27 septembre 1940, des affiches ont couvert les murs de Paris : " Tout commerce dont le propriétaire ou le détenteur est juif doit être désigné par une affiche spéciale mesurant 20 cm sur 40 et portant la double inscription " Jüdïsches Geschäft, entreprise juive ", et ce avant le 31 octobre 1940. Cette mesure sera suivie par l'interdiction d'achat. “Ils veulent nous empêcher de vivre “ a-t-il dit, et a mis en vitrine l'affichette jaune en question : Jüdïsches Geschäft, mais il en a suspendu une autre au-dessous. Sur celle-là, il a épinglé la médaille militaire et la croix de guerre de mon grand-père, et ses propres décorations. Il a marqué : Maison fondée en 1909 par MAURICE LEVY sergent au 291e R.I. MORT POUR LA FRANCE LE 8 JUIN 1916 à FLEURY devant DOUAUMONT, tenue par son fils carte combattant 66e B.C.P.N° 93.915 INVALIDE DE GUERRE (…) Immédiatement après le double affichage, des flics français sont venus en force ordonner qu'il retire la deuxième affiche. " Jüdisches Geschäft " doit rester seul, sans commentaires, qui d'après eux, n'intéressent personne. Par contre, on n'a pas demandé aux propriétaires des Etablissements Lissac d'enlever l'immense pancarte qui orne la devanture. On y lit : “Lissac ne saurait sans malveillance être confondu avec Issac”, un nom israélite par excellence. On fait malgré cela, courir le bruit stupide selon lequel les frères Lissac seraient juifs. Or Lissac est un nom bien français dont s'honorent plusieurs localités de France, et c'est aussi le nom authentique des frères Lissac, descendants d'une vieille famille de la Lozère et du Jura . Je sens que je commence à vieillir.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre