éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Le prix à payer
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Philippe Gibault
 
Présentation
La ville.... Une agglomération de la banlieue parisienne. Elle possède deux quartiers : Le Nord riche et le Sud pauvre. Le Sud est un ghetto d'immigrés et de personnes exclues où le trafic de drogue, la prostitution, le racket et les rixes entres bandes rivales sont les principales activités. Robert Durand est un inspecteur de police dans le commissariat de la ville située dans le Sud. Impuissant, il assiste à la violence dans son quartier. Il arrête la population locale de délinquants et de criminels, sachant délibérément que c'est vain. Jusqu'au jour où il apprend par hasard que le crime est dirigé par le parrain. Mais pour arrêter le parrain, il faudra y mettre le prix...
Extrait du livre
L’épicerie était assez petite. Elle possédait un comptoir à l’entrée derrière lequel se tenait une vieille femme effrayée. Elle était sans doute d’origine musulmane, habillée en noir comme si elle portait le deuil. La pièce était rectangulaire et possédait deux étagères parallèles à la longueur contenant diverses denrées. Entre la première étagère et le comptoir se tenait un homme d’origine européenne. [...] Derrière la première étagère se tenait un Noir. [...] - Ce con de Rachid devait nous prévenir. Décidément, c’est vraiment un boulet. - Il s’est fait avoir. A votre place, je jetterais mon arme et j’irais gentiment au poste répondit Robert. Robert braquait le Noir. Le noir braquait Robert. George braquait l’Européen et l’Européen braquait la vielle. L’Européen dit : « Notre situation ne semble pas fameuse. Vous allez sans doute nous descendre en légitime défense. Mais avant que qu’on se fasse descendre, mon pote t’aura descendu, mec. Et moi, j’aurai descendu la vieille » Robert garda son calme et déclara : - C’est vrai que nous ne sommes pas en position de force. George, lâche ton arme. - Mais… essaya de répondre George. - C’est un ordre, je ne veux pas avoir la mort de cette femme sur la conscience. Nous sommes là pour protéger les personnes, pas les biens. A contrecœur, George déposa son arme à ses pieds. Robert en fit de même et le fit glisser en direction de l’Européen. Le Noir déclara : « De toute façon, vous ne serez pas perdant, on vous laisse ce con de Rachid. » L’Européen rangea dans son pantalon son arme et ramassa le police python de Robert. Cette arme était tellement belle et bien entretenue qu’elle séduisait l’Européen. « Eh bien, tu as un super flingue, mec. » Mais brutalement, Robert se dirigea vers la première étagère et la fit tomber. Celle-ci s’écrasa sur le Noir qui fut assommé et tomba à terre. Surpris, l’Européen tira un coup de feu avec l’arme de Robert sur George, mais une balle avait été enlevée. Robert bondit sur l’Européen. Celui-ci lui donna un coup de poing dans le ventre. Robert se tordit de douleur. Son ventre lui faisait mal. George en profita pour ramasser son arme et avant que l’Européen redonne un coup à Robert, il déclara : « Pas un geste, lâche ton arme. » L’Européen déposa le police python de Robert. « L’autre arme que tu as rangée » insistât George, et tu la feras glisser vers moi doucement » L’Européen obéit. George se tourna vers Robert : - Ca va, vieux. - Oui, je me sens mieux, répondit Robert, merci. Robert ramassa son arme et jeta devant l’Européen une paire de menottes. - Maintenant, dit Robert, tu réveilles ton complice et tu t’accroches à lui. Tu es en état d’arrestation. [...] Robert et son coéquipier avaient aidé une vieille femme et arrêté deux braqueurs. Dans sa jeunesse, Robert aurait été heureux et se serait senti récompensé par les remerciements de la vieille dame. Mais maintenant, il se disait que ça ne servait à rien car il le faisait tous les jours. Tous les jours, il arrêtait des dealers ou des voleurs d’autoradio. Il s’attaquait également à de pauvre prostituées. Il ne faisait que son travail : celui de faire du chiffre. C’en était devenu lassant pour Robert.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre