éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Rock'n roll désillusion
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Frédéric Chaix
 
Présentation
Entre rock, sang, larmes, émotions ou romantisme : des nouvelles qui allient avec dynamisme réalisme et fantastique Ces courtes histoires percutantes sont organisées sur le modèle d'une chanson rock jouée en public : couplets et refrains avec improvisation finale. 100% rock’n roll.
Extrait du livre
IMAGINE Elle fut prostituée, comme sa mère, enfin c’est ce qu’elle supposait. Elle s’imaginait fille d’une mère putain et d’un père soudard, alcoolique et bagarreur, dans ce port d’Amsterdam où il y a des marins qui chantent, où il y a des marins qui pleurent, enfin, où il y a des marins qui font quelque-chose de leur vie. En fait, elle fut prostituée à 8 ans. Pour son anniversaire. Elle avait embrassé Jules, puis Jim (en fait André et Pierre, mais peu importe), 16 ans à tous les deux. Sur la bouche. Pour dix francs. Chacun. Elle avait acheté des ours en guimauve. Elle fut donc bel et bien putain et le restait depuis, à vie. Elle fut aussi, bien évidemment comme sa mère, braqueuse de banque. Avec Clyde (en fait Pierre, encore lui), à 10 ans, ils pillèrent la banque d’une partie de Monopoly à laquelle ils n’avaient pas été conviés. A moins qu’elle n’ait été en train de perdre. A moins que ce ne fut avec André ou Marc. Le plus important c’est qu’elle avait pris tous les billets, et qu’elle ne les avait pas rendus. Jamais. Pas un seul. Elle les avait brûlés. On lui en avait voulu. Beaucoup. Surtout Judith, Sandrine et Jacques qui aimaient énormément le Monopoly. Elle les détestait de toute façon et le Monopoly tout autant. Elle avait été braqueuse de banque, n’est-ce pas ce qui comptait après tout. Elle fut aussi Maîtresse du monde et Déesse omnipotente. Elle ne croyait pas vraiment en dieux, alors les déesses, pfff, enfin dans le doute... Elle avait donc régné pendant plusieurs semaines, aux environs de ses 7 ans, sur une fourmilière, située dans la cour de l’orphelinat. Elle trucidait à son gré les petites bestioles, détruisait quelques parties de leur habitat d’un coup de pied savamment dosé. Elle regardait, fascinée, les fourmis affolées courir en tout sens. De temps en temps, une bonne inondation, d’un jet d’urine bien dirigé, le déluge, l’apocalypse. Puis le boulot de déesse l’avait lassée, trop de responsabilité. Assumant entièrement son privilège divin de Maîtresse du monde, elle avait génocidé la fourmilière en l’aspergeant d’essence et en y mettant le feu. Grandiose spectacle de fin du monde. Puis elle avait abandonné les survivants de son petit peuple à leur pauvre destin. Elle fut aussi sorcière, adepte de la magie noire, blanche et vert-jaune. Pendant des années. Imaginer sa mère en moderne prêtresse de cultes démoniaques, voilà qui avait un certain charme. Elle jetait des sorts à tous ses petits camarades, confectionnant des poupées vaudou en chiffons, les truffant d’épingles. Sandrine, ennemie numéro un du moment, s’était cassée la jambe, le lendemain du jour du lancement d’un sort de vengeance. Evidemment c’était un sort de choléra-peste-rubéole. Mais bon, le résultat était là, non? Elle fut Attila la Huns, à 9 ans, déferlant dans le dortoir des filles (cela semblait plus prudent), à la tête de sa horde sauvage : 3 moutards maigrelets et 2 fillettes stupides. Sur les traces de son père, probable général d’une armée de guérilleros révolutionnaires, beau destin que celui-là. Distribuant force horions, mandales et baffes, aspergeant l’ennemi d’eau froide. Elle avait dû fuir quand la défense s’était organisée. La défaite cinglante s’était transformée en déroute quand, dès le lendemain, les punitions étaient ...
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre