éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Le marin de Mogador
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Karim Nasseri
 
Présentation
A Mogador dans les années 70, Hassan, un enfant de dix ans, rêve de devenir marin. Il fuit le foyer familial où un père ivrogne le tabasse et une mère pute le délaisse. Il trouve une place de pêcheur sur le plus grand chalutier du port. Mais, rudoyé par le capitaine au passé louche, Hassan finit par quitter Mogador à la recherche d'une vie meilleure.
Extrait du livre
J’ai longtemps rêvé de me faire baiser dans le lit conjugal de mes parents. J’ai toujours rêvé de jouer, ne serait-ce qu’une heure, le rôle tenu par ma mère des années durant. Jouer ce rôle de femelle soumise et résignée. Être dans la peau de celle qui, chaque soir, écarte les jambes, mordille les lèvres et se laisse fracasser par le sexe dur de mon père. Condamnée à sentir la semence chaude au goût aigre de mon géniteur inonder ses entrailles. Me faire baiser dans le lit de mes parents était mon ultime fantasme. J’avais juré, depuis des mois, de me faire pénétrer dans le lit où j’ai vu la première lumière de la vie et sentir ce que ressent ma mère. Sentir un sexe érigé inonder mes entrailles d’une semence chaude et onctueuse. Je ne connaissais rien ni à l’amour ni au sexe mais je voulais, par n’importe quel moyen, compatir avec celle qui avait souffert pour me nourrir, vêtir et protéger. L’ivrogne aimait le mauvais rouge et le bon kif cultivé par les Rifains dans les vallées du Nord. Sa semence devait sentir le vomi et la merde des bébés. Je n’avais jamais compris pourquoi ma douce mère se laissait dévorer, tous les soirs, par ce monstre. Je n’ai jamais rien compris à ce qu’elle pouvait éprouver en se laissant monter par ce scélérat qui n’apparaît que pour nous maltraiter et subtiliser nos petites économies puis disparaître en nous laissant dans le désarroi total. Le pervers violent, égoïste et irresponsable n’apparaît que pour nous dire qu’il est là, pour nous mener la vie dure. Ma mère devait avoir l’habitude d’être violée dès son jeune âge. Là-bas dans ses monts arides. Quand elle gardait les troupeaux de chèvres qui, pour la narguer, escaladaient les arganiers comme des singes, ces arbres sans feuillages mais aux épines assassines, elle devait se faire culbuter à longueur de journées par les bergers pouilleux, les vendeurs d’huile d’argan et les nomades berbères. Malgré le spectacle sordide auquel j’étais condamné à assister tous les soirs, je tenais à être pénétré dans le lit de mes parents. Je tenais à subir, dans ce lit et non un autre, ce que subit une chienne en chaleur. Je tenais à endosser, dans une atmosphère céleste, ce que peuvent encaisser les putes les plus vicieuses des bordels les plus réputés du Moyen Atlas. Le lit de mes parents devenait ma Mecque et mon corps ressentait de plus en plus le besoin d’y accomplir le pèlerinage. Mon père montait ma mère à sa guise. Une fois avant le dîner à la lueur d’une bougie fumante et trois fois de suite, toujours à la même lueur de la même bougie fumante, après ce repas consommé souvent dans un mutisme total et pesant.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

06.06.2009
ça me plaît beaucoup et je trouve que c'est très bien écrit et j'aime assez l'atmoshère qui s'y dégage. J'ai de très bons souv' du Maroc, ds la région d'Azrou et du kif de Kitama... San-Gio...
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre