éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Albert Camus adaptateur de théâtre
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Karima Ouadia
 
Présentation
Dans un travail d’adaptation, la création réside dans cet espace vacant que laisse toute oeuvre à sa propre recréation, que ce soit à travers la lecture ou la réécriture que peut en faire son auteur d’origine ou un autre auteur. Tout le mystère d’une oeuvre s'inscrit dans cette possibilité de réécrire éternellement la même histoire avec des moyens à chaque fois différents. Le travail d’adaptation tel que l’a entrepris Albert Camus ne fait que rendre sensible cette part de mystère qui entoure l’oeuvre d’art et la création. A travers l'analyse des adaptations de Camus, le propos est de s'interroger sur l’ambiguïté de l’adaptation, recréation dont la part de création est incontestable, notamment sur scène.
Extrait du livre
Albert Camus s’est très tôt intéressé à l’adaptation théâtrale. Dès 1936, lorsqu’il faisait partie du Théâtre du Travail, il entreprit entre autres l’adaptation et la représentation du Temps du mépris de Malraux. En 1937 la troupe du Théâtre de l’Equipe lui permit par exemple de représenter et de jouer Les Frères Karamazov de Dostoïevski d’après l’adaptation de Jacques Copeau. Dès 1940, il réalisa également une première adaptation des Esprits de Larivey, qui sera représentée à Alger en 1946. Camus se consacrera à nouveau à cette passion qu’il avait pour le théâtre à partir de 1953 quand il remania sa première adaptation des Esprits et travailla celle de La Dévotion à la Croix de Calderon pour le festival d’art dramatique d’Angers. Marcel Herrand qui dirigeait ce festival mourut prématurément et fut remplacé par Albert Camus en tant que metteur en scène. Camus adaptera ensuite Un cas intéressant de Dino Buzzati en 1955 pour le théâtre La Bruyère à la demande de Georges Vitaly, puis Requiem pour une nonne qui sera joué au théâtre des Mathurins en 1956. Le Chevalier d’Olmedo fut adapté par Camus en 1957 pour le Festival d’Angers, dont il fut cette fois-ci le directeur à part entière. Quant aux Possédés de Dostoïevski, Camus n’en termina l’adaptation qu’en 1959 alors que le romancier russe l’a toujours fasciné et profondément marqué. Ainsi, l’oeuvre de Camus commence et s’achève par une activité théâtrale à laquelle il participa pleinement, en tant que dramaturge et adaptateur, d’une part et en tant que metteur en scène et acteur, d’autre part. Ne disposant aujourd’hui de ses premières adaptations que quelques fragments manuscrits - concernant notamment l’adaptation du Temps du mépris – cette étude s'intéressera davantage aux adaptations que Camus a réalisées dans les années cinquante, regroupées dans l’édition de Roger Quillot publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade . Lors d’une interview qu’il accorda à la télévision en 1959, Camus déclara: “ Quand j’écris mes pièces, c’est l’écrivain qui est au travail, en fonction d’une oeuvre qui obéit à un plan plus vaste et calculé. Quand j’adapte, c’est le metteur en scène qui travaille selon l’idée qu’il a du théâtre. Je crois en effet au spectacle total, conçu, inspiré et dirigé par le même esprit, écrit et mis en scène par le même homme, ce qui permet d’obtenir l’unité de ton, du style, du rythme qui sont les atouts essentiels d’un spectacle. Comme j’ai la chance d’avoir été aussi bien écrivain que comédien ou metteur en scène, je peux essayer d’appliquer cette conception. Je me commande alors des textes, traductions ou adaptations, que je peux ensuite remodeler sur le plateau, lors des répétitions, et suivant les besoins de la mise en scène. ”
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre