éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Mémoires du survivant des camps nazis A-5672
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Leonhard Bundheim
 
Présentation
Leonhard Bundheim est né en 1923 dans une famille juive de Hambourg. La « Nuit de cristal » marque pour lui la fin de l’innocence : son père est arrêté et le reste de la famille opte pour l’exil en Belgique. Leonhard est emprisonné seul à Bruxelles au premier jour de l’invasion allemande. En France, où il est envoyé, il va connaître trois camps différents avant celui de Drancy, avec une parenthèse de près de dix-sept mois à Limoges grâce à l’OSE. Cette organisation sauvera sa mère et ses quatre frères et soeurs mais pas son père, assassiné à Majdanek en mars 1943. Leonhard, déporté depuis déjà six mois, a été extrait de son convoi à destination d’Auschwitz, à Cosel, pour servir l’industrie du Reich. La solidarité de certains codétenus lui permet de survivre aux différents camps de travail forcé puis de concentration, sans oublier l’épouvantable « marche de la mort ». Laissé pour mort dans un convoi abandonné par des SS en fuite, il est libéré après près de trois ans sous le joug nazi. Après la guerre, en chemin vers la Palestine, Leonhard est interné avec son épouse dans un camp britannique à Chypre. Parvenu en Terre promise, il s’engage rapidement dans l’armée de défense juive. De nos jours, le lieutenant-colonel en retraite de Tsahal et guide touristique en six langues Nathan Ben-Brith, de son nom hébraïque, voit dans sa descendance sa victoire contre le nazisme qui l’a privé de son père, de son adolescence et de plus de la moitié de son peuple vivant en Europe.
Extrait du livre
Adaja Mor, qui a maintenant près de 16 ans et demi et qui est née en Israël mais a grandi et vit avec ses parents aux États-Unis, m’a demandé par e-mail de lui raconter mon histoire personnelle pour un exposé à l’école concernant la période de la Seconde Guerre mondiale. Jusque-là je ne l’avais racontée qu’en hébreu sur cassette vidéo ainsi que sur un enregistrement audio de trois heures conservé à Yad Vashem, à Jérusalem. Ainsi, c’est la première fois que je fais le récit de mon expérience personnelle en anglais afin de permettre à ma famille et à mes amis qui vivent dans le monde anglophone de se familiariser avec le sort de leurs ancêtres juifs européens de l’époque. Avant de commencer, je tiens à souligner que, même si j’ai soixante-cinq ans de plus qu’Adaja, nous sommes liés. En effet, sa grand-mère paternelle, Liliane Mora née Glückstadt, est ma plus jeune cousine germaine, étant moi-même un des neveux du père de Liliane, le défunt Gustav Glückstadt. Ma mère était donc la sœur de Gustav, de quatre ans son cadet. Dans mes souvenirs d’enfant, je me souviens très bien de mon oncle Gustav – l’arrière-grand-père d’Adaja – avant qu’il ne fuit l’Allemagne nazie pour s’installer en Équateur.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre