éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
L’exil et le royaume : d'Albert Camus à Vergílio Ferreira
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Maria de Jesus Cabral et Gérard Danou
 
Présentation
Nom majeur du patrimoine littéraire et philosophique du XXe siècle, Albert Camus a écrit que « la vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent ». Son contemporain Vergílio Ferreira (1916- 1996), lui aussi romancier et philosophe, semble partager avec Camus cette même urgence de l'action généreuse, « parce que la vie est la valeur maximale». Dans le sillage d'autres initiatives camusiennes au Portugal, à l'occasion du Centenaire de la naissance de l'auteur de l'Étranger et soixante-dix ans après la création de Manhã Submersa/Matin Perdu, le roman le plus connu de l’écrivain portugais, la collection « Exotopies » célèbre les lumières que l'œuvre d’Albert Camus et Vergílio Ferreira, toutes les deux imprégnées d'engagement, de révolte et d'humanisme, continuent de propager aujourd'hui sur la pensée et la critique contemporaines. Au croisement entre la littérature et la philosophie, des passerelles se dessinent autour du dialogue interdisciplinaire instauré au sein de ce volume entre les deux écrivains. Ceci pourrait bien révéler le cheminement de la réflexion à la création, mettant au jour l’historicité de leur œuvre ainsi que leur consécration dans le patrimoine culturel européen.
Extrait du livre
Dans cet article, je me demande si Albert Camus est un philosophe. La question, qui s’apparente à une remise en cause, n’est ni méprisante, ni insolente, ni provocante, mais s’impose à quiconque tente de trouver, dans son oeuvre, la rigueur de pensée et l’esprit de système qui caractérisent un véritable penseur. Il est vrai que la France s’enorgueillit d’une longue tradition d’auteurs qui, en commençant par Voltaire, ont donné une dimension métaphysique à leurs fictions, et que ces assemblages, ces vulgarisations ont sans doute permis, pour partie, que les idées des Lumières se diffusent et mènent à la Révolution française. Il est aussi vrai que, depuis la fin du XVIIIe siècle, la figure de l’intellectuel a beaucoup compté dans mon pays. Mais, comme philosophe, je ne puis tout à fait me satisfaire de cette « hybridation », comme l’on dit en botanique, entre philosophie et littérature. Car, il ne suffit pas, de mon point de vue, de passer un « vernis » philosophique sur son oeuvre pour être un philosophe ; il faut plus que cela, il faut la cohérence et la profondeur d’un système. Or, dans le cas de Camus, souvent taxé de « philosophe pour classes terminales1 » – ce qui suppose, au passage, que le Ministère de l’Education nationale a tout de même estimé juste de l’inscrire au programme du Baccalauréat –, le soupçon est légitime. Pourtant, Camus a bien suivi des études de philosophie, et je crois avoir montré, dans Lumières d’Albert Camus, que son mémoire universitaire, sur le syncrétisme entre la philosophie hellénistique et le christianisme, était d’une grande qualité, avait influencé le restant de son oeuvre.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre