éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Lectures de Jean-Jacques Rousseau
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Antoine Eche
 
Présentation
Si l’année Rousseau fut célébrée en Europe, elle le fut également dans l’Ouest canadien, démontrant ainsi de la vitalité de l’œuvre du citoyen de Genève. La journée d’étude organisée en avril 2012 à Calgary l’université Mount Royal fut l’occasion de rassembler des chercheurs autour de la question des lectures de Jean-Jacques Rousseau : comment était-il lu au XVIIIe siècle ? Comment a-t-il été lu jusqu’à maintenant ? Quels sont les questionnements actuels que peuvent susciter une œuvre comme la Nouvelle Héloïse ou les Confessions ? Ce sont, sans prétendre à l’exhaustivité, les questions que se sont posées les collaborateurs de ce volume autour de la fiction, de l'autobiographie, du voyage, de la nature, des écrits politiques et du traité pédagogique.
Extrait du livre
L’importance des voyages dans la pensée des Lumières n’est plus à établir, et le mythe du bon sauvage reste attaché à la figure du citoyen de Genève même si cette expression ne figure pas dans son œuvre. Comme Voltaire et Diderot, Rousseau a lu les voyageurs pour en tirer les informations nécessaires à sa réflexion. Il a également voyagé, non pas au- delà des mers mais entre la France, la Suisse, l’Italie et l’Angleterre. S’appuyant sur sa formation livresque et son expérience du déplacement, Rousseau a écrit de nombreux textes ou réflexions sur le voyage et son récit, dont la récurrence et la visée commune permettent de les penser comme un discours inscrit dans un système de réflexion global. La critique y a lu au moins deux aspects importants. On se souvient ainsi de la réflexion développée par Claude Lévi-Strauss pour qui, par sa méthode, Rousseau constitue le père de l’ethnologie moderne dans un siècle que sous-tend une ambition anthropologique visible dans différentes productions littéraires. Plus récemment, la critique s’est interrogée à nouveau sur la méthode d’observation pour en montrer contradictions et limites. Ensuite, c’est l’influence du philosophe sur les voyageurs comme Commerson, compagnon de route de Bougainville, dans les années 1760-1770, qui a été soulignée dans leurs descriptions idéalisées de certains peuples indigènes. S’ils peuvent être complémentaires, ces deux aspects n’en sont pas moins différents, s’attachant d’un côté à la méthode et de l’autre à la perméabilité des esprits contemporains sur des sujets comme le bon sauvage. A ces deux aspects, il faudrait en ajouter un troisième, issu d’une nouvelle pratique de la lecture, dite « intensive », qui se développe au XVIIIe siècle. Celle-ci concerne surtout les romans de Rousseau, Bernardin de Saint-Pierre, Richardson ou Goethe et se remarque dans le fait que le livre est lu et relu, appris par cœur, que le lecteur s’identifie au personnage, parfois au point de revivre le roman in situ. A ce titre, il a été montré comment la sensibilité à l’œuvre dans La Nouvelle Héloïse a modifié le comportement de certains voyageurs notamment en Suisse, et qui une fois sur place, empruntaient une édition de la Nouvelle Héloïse sur place et partaient à la (re)découverte des lieux décrits par Rousseau pour bien sûr en rendre compte par écrit. Ce troisième aspect ne relève pas du discours sur le voyage proprement dit mais, tout en témoignant de la réception de l’œuvre de Rousseau, agit sur la pratique du voyage et de son écriture.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre