éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
L'Oeuvre impossible : Claudel, Genet, Fellini
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Yehuda Moraly
 
Présentation
Il existe chez tout artiste une « œuvre impossible », reprise, abandonnée, toujours inaccessible mais inlassablement méditée. Trois brouillons sont ici présentés que trois des artistes les plus grands et les plus prolifiques du XXe siècle ont laissés inachevés.
Claudel a longtemps voulu écrire une œuvre où le christianisme dialoguerait avec le judaïsme. Ce projet est continué dans un brouillon fascinant : On répète Tête d’or (1949) où des prisonniers préparent la pièce Tête d’or dans un camp, pendant la Seconde Guerre mondiale. Jésus Christ (« le Fils de la Colombe ») y affronte le « garçon de café juif » (la Synagogue).
Genet a longtemps travaillé à La Mort. En 1954, il en publie des Fragments. Quelques brouillons inédits (Les Folles, Peur de mourir) se rattachent au grand projet, finalement détruit.
Le tournage raté d’Il Viaggio di G. Mastorna, voyage au pays des morts, est devenu une légende. Fellini écrit un scénario dont il abandonne le tournage. À ce projet il reviendra souvent, sans pouvoir jamais le réaliser.
Or il se pourrait que ces textes, bien qu’inachevés, autorisent l’approche la plus aiguë de l’oeuvre de Claudel, Genet, Fellini.
Bien qu’inachevés ? Y aurait-il un lien fondamental entre l’oeuvre impossible et le reste de l’oeuvre que ces projets fantômes éclairent de façon nouvelle ? Toute oeuvre ne serait-elle pas, essentiellement, impossible ?
Extrait du livre
Dans la réalité de la création artistique, les batailles contre une œuvre rêvée et finalement irréalisée sont fréquentes, sinon (à un moment donné du parcours artistique) inévitables. L’auteur souhaite montrer qu’il s’agit d’une sorte de loi. Il y a souvent, chez un artiste un projet, médité, repris, abandonné, encore une fois abordé, une « œuvre impossible », et finalement toujours inaccessible. Or, il se pourrait bien que « l’œuvre impossible » d’un artiste constitue le centre de son œuvre, sa clé. Trois brouillons de trois artistes seront ici étudiés. Paul Claudel a voulu, sans jamais pouvoir le faire, ajouter une quatrième partie à sa trilogie des Coûfontaine, qu’il estimait inachevée, un dialogue entre une mère juive et sa fille aveugle qui a pris le voile. Le Journal nous le montre sur le point de pouvoir écrire ce dialogue, dont se trouvent maints échos, inachevés eux aussi, dans son œuvre. Jean Genet a réfléchi pendant près de vingt ans (de 1948 à 1967) à un projet, La Mort, auquel il a travaillé sans cesse, sans le publier. En 1954, dans Les Temps modernes, Genet publie des Fragments de la grande œuvre, dont il décrit les principaux aspects . Genet, ne terminera pas le texte, mais la compréhension du projet inabouti illumine son théâtre, ainsi que ses écrits théoriques ou politiques. Quant à Fellini, les péripéties du tournage, si longtemps ajourné, du Viaggio di G. Mastorna, sont devenues une légende. En collaboration avec Dino Buzzati et Brunello Rondi, Fellini écrit un scénario sur le monde des morts, (Viaggiodi G. Mastorna). Comme dans le schéma rêvé de Huit et demi, les préparatifs du tournage sont très avancés. Et, au désespoir du producteur, Dino De Laurentiis, Fellini abandonne le projet. Le cinéaste reviendra souvent au Voyage de G. Mastorna, sans jamais pouvoir le terminer. La démarche de l’auteur sera, pour les trois projets, identique. Il essaiera d’abord de reconstituer, à l’aide de brouillons, de témoignages, les différents états u projet inabouti. Cette reconstitution nous rend témoins du processus de création lui-même, de la naissance de l’idée à sa maturation, puis aux différentes versions du projet et à son abandon, ou parfois ses abandons puisque l’artiste peut revenir au projet sous un angle différent avant de le délaisser de nouveau. Il s’agira ensuite de repérer, dans l’œuvre les échos immédiats du projet, la reprise d’images et de thèmes. Enfin, et c’est là le plus difficile, il essaiera d’établir un lien entre le projet abandonné et l’ensemble de l’œuvre, laquelle s’en trouvera éclairée sous un nouveau jour. On s’étonnera peut-être de voir figurer les uns à côté des autres des créateurs aussi différents que Claudel, Genet et Fellini, mais le théâtre, la littérature et le cinéma sont convoqués uniquement pour fournir des exemples étayant l’hypothèse que l'auteur essaie ici de vérifier : l’« œuvre impossible » d’un artiste, toujours rêvée, toujours abandonnée, est au centre d’une aventure créatrice qui pourrait bien être, de toute façon, inexprimable.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre