éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
La survie d’un juif de Radom pendant la Shoah
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Szyja Opatowski
 
Présentation
Szyja Opatowski, surnommé Samy, a dix-sept ans lorsque les troupes allemandes envahissent la Pologne en septembre 1939. Pour ce jeune Juif, c’est un long combat pour la survie qui commence, une lutte de chaque instant pour échapper à l’extermination. Dès avril 1940, Samy est déporté à Belzec, alors camp de travail, à la frontière de l’URSS. Là, il va développer ses capacités d’analyse, sa « débrouillardise » et son instinct extraordinaire qui vont lui permettre de s’en sortir, sans compromission. Chaque fois qu’il ressentira la menace d’une mort imminente, il saura saisir l’opportunité qui lui permettra de fuir. Pris dans l’une des « marches de la mort », à partir de Dachau où son parcours chaotique l’a dirigé, il réussit à s’évader. Et c’est accueilli chez un habitant qu’il attend, deux jours, sa libération par les Américains… en compagnie de soldats allemands déserteurs. Son arrivée, illégale en France, est encore révélatrice de sa pugnacité et de son intelligence des situations. Samy nous livre ici un témoignage dense et implacable, un parcours particulier qui révèle les conditions de vie dans les ghettos et les camps nazis.
Extrait du livre
Un beau matin de décembre, le SD, s’apercevant que des Juifs travaillaient à l’hôpital, décida de dissoudre notre commando, et voilà comment, en un instant, notre « belle » vie se termina. Les Allemands nous supprimèrent la carte de travail, ce qui faisait de moi un illégal. Je ne pouvais plus circuler et encore moins sortir du ghetto. Ma situation devenait compliquée, cela signifiait qu’au moindre contrôle j’étais foutu. Un matin, les Allemands ramassèrent tous les illégaux et formèrent une colonne d’à peu près 3 000 Juifs. Nous marchâmes jusqu’à Szydlowiec. Je connaissais bien cette ville qui était la ville natale de mon père et se situait à 30 kilomètres de Radom. Nous fîmes le trajet à pied et sous la neige. Une fois à Szydlowiec, les Allemands nous laissèrent sans nourriture, sans appel, sans travail. Bref, il ne se passa rien sauf que je voyais arriver plusieurs fois par jour des camions remplis de cadavres et de mourants que les Allemands déversaient comme cela.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre