éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Résiliences urbaines
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Géraldine Djament-Tran, Magali Reghezza-Zitt
 
Présentation
De Pompéi à Fukushima, les villes sont confrontées de manière récurrente à des catastrophes. Elles y font face, chacune à leur manière, rares étant celles qui disparaissent. Depuis les attentats du 11 septembre 2001 à New York, la catastrophe urbaine est entrée dans une ère mondialisée et est de plus en plus pensée en termes de résilience. Omniprésent dans les organisations internationales et aux États-Unis, le concept se diffuse désormais en France. Cet ouvrage, issu du séminaire de recherche « Résilience urbaine », organisé à l’École normale supérieure, propose une analyse croisée de cas historiques et contemporains, pour illustrer, mais aussi critiquer et déconstruire la résilience : Pompéi, Rome, Berlin, Bucarest, Phnom-Penh, La Nouvelle- Orléans, Londres et Paris.
Extrait du livre
Omniprésent au sein des organisations internationales, très largement diffusé aux États-Unis depuis les attentats du 11 septembre 2001, le concept de résilience urbaine tend à se diffuser depuis la fin des années 2000 en France, aussi bien dans le monde académique que dans le champ opérationnel. D’abord cantonnée à la physique des matériaux, à l’écologie et à la psychologie, la résilience, que l’on peut définir a minima comme la capacité d’un système à récupérer après une forte perturbation, est aujourd’hui mobilisée dans les cindyniques, sciences qui traitent des risques et des catastrophes. Alors que les sciences de l’ingénieur, les architectes ou les urbanistes cherchent à rendre le concept applicable, en s’interrogeant sur la possibilité de créer des systèmes plus résilients, qu'il s’agisse de bâtiments, d’infrastructures matérielles (en particulier de réseaux) ou même de villes, les sciences sociales et notamment la géographie développent une réflexion théorique sur la résilience. La résilience représente indéniablement un tournant dans l’appréhension des risques : rompant avec l’idée de risque zéro, elle marque de facto une sortie du paradigme techniciste. Ce dernier, qui fonde depuis près de deux siècles la gestion des risques, repose sur l’idée qu’il est possible d’éradiquer les processus dommageables (aléas) ou, à défaut, d’ériger des barrières permettant d’empêcher tout endommagement. Parler de résilience suppose au contraire de focaliser sur la récupération après une perturbation, ce qui implique que le choc ait eu lieu et qu'il ait provoqué des dommages. La résilience présente également l’avantage de rompre avec deux options extrêmes qui présidaient aux choix de reconstruction : la table rase ou le retour au statu quo ante. La résilience renvoie d’avantage à une combinaison de même et d’autre.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre