éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
La peine de mort
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Victor N'gembo-mouanda
 
Présentation
Essai sur la mort, la justice et la peine de mort La peine de mort et ses conséquences sur les rapports humains. Pourquoi la peine de mort? comment construire la justice? D'où vient la loi du Talion? Autant de questions que nous nous posons, et auxquelles Victor N'Gembo-Mouanda tente de répondre. Un essai essentiel, qui se penche sur une question existentielle et des réalités que nous cotoyons tous les jours. A lire! Pssionné par les rapports humains et le droit, Victor N'Gembo- Mouanda s'attaque aujourd'hui à la peine de mort. "La peine de mort", un essai très renseigné sur le sujet.
Extrait du livre
La célèbre loi du talion, que l'on retrouve dans les tables de Moïse et de celles d'Hammourabi, préconise de rendre coup pour coup en proportionnant la vengeance à l'offense. Ainsi est puni de mort, l'architecte maladroit dont la construction s'est effondrée en tuant l'habitant. On ira même à, non plus punir l'architecte, mais son fils, si c'est la progéniture de l'occupant de l'immeuble qui a disparu sous l'effondrement.Dans certaines civilisations, on établit la punition en rapport direct avec la faute. Les Hittites livrent aux abeilles le voleur de ruches, la loi de Manu fait périr par noyade l'homme ayant creusé une brèche dans un barrage et les Germains enterrent vifs les lâches dans les marais pour cacher leur infamie.On frappe les membres physiques des infractions : les mains du voleur, ou les organes sexuels dans les délits de mœurs. Dans le supplice romain du « Culleus », on coud le condamné dans un sac contenant plusieurs animaux (le chat et le serpent, pour les symboles religieux qu'ils représentent).Une grande « évolution » consiste à aggraver la peine de mort par des supplices divers et variés. Pour inspirer la terreur chez les croyants, on les enterre sans sépulture. Les Chinois emmènent le condamné vers une mort lente et atroce par les tourments préparatoires du pal, de la crucifixion ou de la flagellation. Les écritures hébraïques rapportent que certains condamnés étaient écorchés vifs ou sciés entre deux planches. Les Égyptiens, moins cruels, empruntaient le mode de la mise au poteau ou « crucifixion » aux Perses, mais ils lui brisaient les jambes pour hâter sa fin, ou donnaient une boisson forte et enivrante au supplicié.Dans les sociétés dites nouvelles, la loi n'est pas la même pour tout le monde. Un crime identique n'a pas le même châtiment en fonction du rang et de l'origine du coupable. Pourtant, dans certains cas, les personnages puissants peuvent subir une punition plus importante qu'un simple citoyen. Le sénateur athénien qui proposait une loi nouvelle s'exposait au châtiment suprême si son projet était repoussé et du temps du vieux roi Ramsès III, lors d'un procès, les condamnés furent invités à se suicider en raison de leur position de grands dignitaires.La peine capitale est déviée, non pas par sentiment humanitaire, mais par peur de ce que dans l'autre monde, le supplicié risque de créer des embûches à ses juges et à ses bourreaux.Ainsi en Égypte, un pharaon donne cette dernière recommandation à son fils : « Ne tue pas, utilise la bastonnade et la prison, laisse à Dieu le soin de la vengeance ».Rome la sanguinaire, connue pour ses célèbres combats de gladiateurs, offrait à sa population avide de cruauté des spectacles de choix avec des condamnés à mort entrant dans l'arène.En Angleterre, Guillaume le Conquérant, (1027-1087), aussi connu sous les noms de Guillaume le Bâtard, Guillaume II de Normandie, et enfin, Guillaume Ier d'Angleterre, écarta la peine de mort, mais la remplaça par des châtiments effroyables :« Que personne ne soit mis à mort ou pendu, pour quelque faute que ce soit, mais qu'on lui arrache les yeux, les pieds, les mains et les organes sexuels, de manière qu'il ne reste plus au criminel que le tronc vivant en signe de sa trahison et de sa perversité ».
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre