éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Etoile jaune et croix gammée
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Robert Borgel
 
Présentation
À l'aide de témoignages soutenus par un appareil critique extrêmement précis, il est possible de faire œuvre d'historien. La Tunisie est un pays que la Shoah européenne a effleuré de son souffle et où les persécutions subies par les Juifs du fait des Allemands ont été, hélas, bien réelles, même si les nazis n'ont pu infliger au judaïsme tunisien le traitement spécial réservé aux populations juives tombées sous leur domination. Sachant à quoi ils avaient échappé, les Juifs tunisiens ont eu le tact de ne pas insister sur les souffrances et les angoisses qu'ils ont endurées. Il nous a paru nécessaire de publier, en trois volumes de notre collection, des récits rédigés dès la libération de la Tunisie en mai 1943. Le premier témoignage est celui de Robert Borgel, avocat au barre
Extrait du livre
Mercredi 9 décembre ! Nous n'oublierons pas de sitôt cette journée douloureuse, et un frisson rétrospectif nous prend, à en retracer les pénibles étapes. Dès 5 heures et demie du matin, la rue Marceschau s'affaire. On se passe les dernières consignes pour le rassemblement des volontaires à la synagogue, l'équipement, les provisions de route. Les membres de la Communauté arrivent les uns après les autres. Après M. Borgel, voici, toujours le premier arrivé et déjà sur la brèche, Me Nataf, ancien président, que son honorariat n'empêche pas de prendre la part la plus active à tout le travail qui s'exécute ; un peu plus tard, le Dr Moatti, embrigadé dans le combat depuis dimanche. Me Paul Ghez, qui, venu aux nouvelles avant d'aller au palais, ne s'attendait pas à se trouver, à dater de ce moment, enrôlé dans une lutte commune et quotidienne à laquelle il se consacrera jusqu'à la fin. Il en vient encore. Voilà Me M. J. Bonan, le Dr Sfez, et des hommes de bonne volonté de la première heure, dont le concours sera précieux : Albert Nataf, René Solal. D'autres, comme les frères Krief, Fernand Scemama, André Cohen, les Drs Maruani et Saragosti, partent pour la synagogue, pour l'Alliance, où il y a de la besogne. Tous sont mis au courant de la réponse transmise par l'amiral. L'anxiété est sur tous les visages. Quel accueil sera fait à la présentation de 125 volontaires au lieu des 3 000 attendus ? Sans prendre définitivement la décision qu'on aurait tant voulu éviter, espérant encore, contre toute vraisemblance, un miracle de la dernière heure, on prépare quand même le projet d'affiches appelant un certain nombre de classes à la réquisition du travail, on prend des dispositions pour l'ouverture des bureaux de recrutement à l'Alliance israélite. Cependant, il est déjà 8 heures. Il importe de se rendre sans retard à la Kommandantur manifester par une présence que l'on ne tourne pas en dérision les ordres prescrits. La colère du colonel Rauff doit être terrible, mais il faut l'affronter ; on donnera les raisons qui n'ont pas permis d'aboutir dans un délai aussi court. L'accueil peut être dangereux, mais ce n'est point le moment de détourner le regard en présence de l'ennemi, à la façon de l'autruche. M. Borgel est disposé à y aller aussitôt ; depuis son séjour dans les geôles de la Gestapo, il conserve peu d'illusions sur son sort ; au surplus, n'est-il pas des moments où les vivants envient les morts ? Aucune hésitation de sa part.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre