éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Discours
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Simone Veil
 
Présentation
« Simone Veil s'est exprimée à des tribunes, sur des sujets et devant des publics fort différents. Les discours rassemblés ici ne représentent donc qu'une infime partie de ses interventions publiques : ce sont ceux qu'elle a prononcés, au cours de ces six dernières années, comme présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. En écrivant ces dernières lignes, je corrige tout de suite : quand notre présidente s'exprime sur la Shoah, c'est d'abord et toujours Madame Veil, la survivante d'Auschwitz, mûrie et enrichie par son expérience politique nationale et internationale, qui parle, du fond du cœur, de sa mémoire et de sa pensée. Sans doute il manquera, à la lecture seule de ces discours, son regard, la gravité de sa parole et le ton particulier de son récit qui bouleversen
Extrait du livre
Vél' d'Hiv', Paris, 16 juillet 2006 [...]Cette rafle particulièrement abominable a été longtemps occultée. Aussi en ce jour de commémoration, je souhaite exprimer une fois de plus notre gratitude à Jacques Chirac, président de la République, qui a su trouver les mots justes, il y a maintenant onze ans, pour enfin reconnaître la responsabilité de l'État français dans la déportation des Juifs de France et formaliser cette date comme journée de commémoration nationale. De ces convois de juillet et août 1942, très peu sont revenus, et le plus généralement, ils avaient perdu toute leur famille. C'est grâce à eux que l'on a appris ce que les archives officielles ne disent pas : l'irruption violente des policiers aux petites heures du matin, les valises bouclées à la hâte, les quelques provisions jetées dans un baluchon, les enfants qui pleurent, les vieillards bousculés, les uns rassemblés dans des commissariats, des écoles ou des mairies, les autres directement conduits jusqu'au vélodrome d'Hiver. Sous l'immense verrière sont entassés en quelques heures les femmes et les enfants dans une promiscuité, une chaleur et une attente insupportables. Il n'y a aucune hygiène, aucun confort, pas de soins, pas d'eau et presque pas de nourriture. Certains, conscients de ce qui les attend, se suicident. D'autres cherchent à s'évader mais très rares sont ceux qui y parviennent. Il a fallu près d'une semaine, dont il est difficile d'imaginer l'horreur, pour que tous, quels que soient leur âge et leur état de santé, soient transférés : les adultes sans enfant avaient été emmenés directement à Drancy d'où ils ont très vite été déportés à Auschwitz-Birkenau. Quant aux femmes et aux enfants de moins de 15 ans, ils sont emmenés dans les camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande. C'est de là qu'ils seront emmenés à Drancy pour être à leur tour déportés. Cruauté suprême, inutile et sadique, les enfants sont séparés de leur mère, les bébés arrachés des bras de leur mère. C'est donc seuls qu'ils seront entassés dans les wagons à bestiaux, seuls encore qu'ils marcheront jusque dans la chambre à gaz, les plus jeunes portés par les frères ou sœurs ou par des jeunes femmes volontaires. Pour parler de ces journées de honte et de larmes, il ne reste aujourd'hui que peu de témoins. À nous, déportés plus tardivement et qui, de ce fait, avons eu plus de chance de survivre, il revient de parler d'eux, afin qu'on ne les oublie pas, aussi longtemps que nous pourrons le faire. Alors même que nous n'espérions guère revenir de cet enfer, nous avons pris l'engagement que ceux d'entre nous qui survivraient parleraient pour tous ceux qui ont disparu, pour qu'on ne les oublie pas et que ça ne puisse recommencer. Longtemps, comme je l'ai dit, notre parole n'a pas été entendue. Pour la plupart, il était plus facile de ne pas savoir. Pour d'autres, il était insupportable de nous écouter. Aujourd'hui à nouveau, alors que nous ne sommes plus là pour très longtemps, on voudrait nous faire taire et il serait temps d'oublier. Tant d'autres ont souffert dans le passé, d'autres depuis et encore aujourd'hui sont victimes de guerres fratricides, de massacres et de génocides. [...]
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

17.03.2010
Un témoignage très émouvant avec des mots forts..Le film "la Rafle" m'a aussi bouleversé!On a les larmes aux yeux. On est révolté contre cet Etat criminel,et l'absurde servitude de la police française complice de ce crime innomable!J'espère qu'il y a un Dieu pour juger les bourreaux.
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre