éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Le bon Côté
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Joan Ott
 
Présentation
Ca commencerait comme un conte de fées, un peu bébête, un peu fleur bleue. Oui mais voilà, le bonheur n'a qu'un temps… A dix-sept ans, Bertrand l'Alsacien a su choisir le « bon côté ». Il devient Billy à la libération. Il rencontre Mathilde, qu'il s'empresse de rebaptiser Minnie. Après de longues fiançailles, ils se marient. Tout de suite, elle est enceinte. Quatre mois de bonheur. Quatre tout petits mois seulement, après lesquels elle ne sera plus que sa veuve. Mais une veuve qui ne cessera de le harceler pendant plus de cinquante ans…
Extrait du livre
Tu sais, Billy, elle ne change pas, ta fille… Bien sûr, elle est jeune, à cinquante ans, on est jeune, on ne comprend pas tout, mais elle, c'est à croire qu'elle ne comprend vraiment rien. Ou alors, elle préfère ne pas voir, ne pas savoir. Oh ! elle ne le dit pas, pas comme ça, mais je sais bien ce qu'elle pense : que je vais bien, que j'enterrerai tout le monde, que mes malaises, je les invente pour qu'on s'occupe un peu de moi, moi qui n'ai jamais rien demandé à personne, et surtout pas à elle, c'est vraiment trop facile de dire que je m'écoute, que je suis hypocondriaque, que je l'ai toujours été. Mes crises de tachycardie, je les invente, peut-être, et ce médicament que je ne supporte pas, qui m'a abîmé mes poumons, ce n'est pas vrai, peut-être, ce ne sont que des idées, et ce respirateur qui fait un bruit épouvantable toute la nuit, elle croit sans doute que je pourrais m'en passer ? Elle verra, quand elle sera vieille, elle verra, si ce sont des idées. Si tu pouvais lui glisser un mot, Billy, comme ça, mine de rien, dans son sommeil… Tu ferais ça pour moi, Billy ? Tu pourrais, dis, c'est bien la première fois que je te demande quelque chose. Juste ça : que je ne le fais pas exprès d'être vieille et fatiguée, que ce n'est pas ma faute à moi si je suis dans cet état-là. Qu'est-ce que tu dis ? Lui dire moi-même ? Comme tu y vas ! Tu sais bien que moi, elle ne m'écoute pas. Et puis, comment lui dire qu'avec Bébert je ne peux plus, que je n'ai plus la force ? Elle me veut en pleine forme, voilà ce qu'elle veut. Alors, pour lui faire plaisir, je lui dis que ça va. Bien sûr, quand j'ai une grosse crise, j'en parle un peu, et puis ce respirateur, je ne peux pas le cacher, mais je finis toujours par dire que ce n'est pas si grave, que ça va passer, que c'est juste cette saleté de médicament qui a bousillé mes poumons. Allons, Billy, ne fais pas l'andouille, tu le sais bien que les médicaments, depuis ma dépression, je ne les supporte plus. Il m'a fallu tellement de temps pour me désintoxiquer, à l'époque, que maintenant, même l'aspirine, je ne la supporte plus. Saleté de dépression, saleté d'intoxication. Equanil et Nembutal, une belle invention ! Oui, je sais, tu m'avais prévenue et je te t'ai pas écouté… Des mois à me battre pour m'en débarrasser. Et ça, tu auras beau dire, c'est à toi seul que je le dois. Oui, oui, je radote, mais certaines choses, on ne les répète jamais assez : jamais je n'aurais pris toutes ces cochonneries, si tu étais resté. Droguée, j'étais droguée, et ces saletés m'ont abîmée à tout jamais.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre