éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
LA PASSANTE
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Cécile Bourret-Bernard
 
Présentation
Elle perd son époux de façon brutale et il est difficile de croire que ce sera sa seule souffrance. Pendant les mois qui suivent, les signes se multiplient et le doute émerge : Paul avait-il une double vie ? Etait-elle la seule femme qu'il ait jamais aimée ? Pour elle, la vérité est désormais vitale et la quête longue, absolue, douloureuse, abstaite...Etre doublement seule est le parcours de vie de cette femme face à l'énigme et au mystère du silence. Espoir et désespoir pour une nouvelle manière d'être au monde.
Extrait du livre
Parfois, toute parole est vaine. Pour moi, il n'en aurait fallu qu'une seule. Juste un mot, un souffle. Mois de Septembre… Matin calme et gris. Téléphone, une petite voix sourde me demande si j'étais l'épouse de Paul Seymour, après un court silence se présente, infirmière au service des urgences de l'hôpital de M., me marmonne de venir le plus vite possible, pour finir dans un ultime bredouillage par ne rien m'apprendre. Ils ne disent jamais rien au téléphone. Le combiné retombe et je file dans la cuisine préparer un léger repas, prévoyant de déjeuner en revenant… tout en me promettant de raconter à Paul ce coup de fil étrange. Les faits sont simples. Simplement invivables. On pense parfois pressentir les choses terribles, ce n'est pas vrai : la matinée s'est déroulée mollement, pendant que dans un choc effroyable de tôles et de goudron, Paul vivait les derniers instants de sa vie. Déjà. L'effroi m'envahit comme un lierre naissant. Plus tard, l'épouvante me vide d'un coup de couteau précis et la terreur achève de me séparer en deux êtres. Je n'ai aucun souvenir des kilomètres avalés pour le rejoindre, ni même de la journée de son départ. Trop de pensées égarées, entrechoquées, tournoyantes, douloureuses, déjà épuisées, dans une odeur d'angoisse indéracinable. Je veux mourir, mais je n'y arrive pas. Je me souviens seulement de l'infirmière repliant les draps autour de lui, j'ai l'impression qu'elle va enrouler la nappe comme on finit de débarrasser le couvert. Les yeux fermés, le teint dur et cireux, il reste indifférent à mes sanglots. Pendant qu'on le prépare, je pars au service des pompes funèbres en face de l'hôpital pour organiser l'enterrement de l'homme que j'aime : la dame me dit que le plus dur est à venir mais qu'à trente cinq ans, la vie n'est pas finie, surtout avec trois jeunes enfants. Je suis contente de penser à noter au dos de mon chéquier ce que je ne dois pas oublier de dire à Paul. Les jours suivants n'appartiennent pas à ma vie : attendre la cérémonie en préparant tout comme pour un mariage, faire des cauchemars sans dormir, ne plus avoir besoin de manger, âme désertée, cœur broyé, suivre Paul vers son trou noir, sursauter au bruit de la dalle qui retombe lourdement. Le savoir allongé là, seul, enfermé, sans jamais de chaleur, de lumière, sans plus jamais, plus jamais… Il est parti avec une chemise sur le dos dans le froid de l'avenir et je ne vois pas comment le brouillard de l'humanité peut se dissiper. Sans lui, c'est peine perdue. Perdu pour moi aussi. L'air, le soleil. Le sel de la mer. La glace des montagnes. Le regard des innocents. L'espoir. Le bonheur. Des rictus dévorent mon visage durant quelques semaines. Des tremblements défont chacun de mes gestes. La folie agite ses grands linges bariolés devant mes yeux rougis. Elle me sourit, m'appelle, danse en riant. Mon âme est disloquée : les fragments s'en détachent et se perdent aux confins d'une peur immense.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre