éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
A VENDRE
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Amandine Mouynès
 
Présentation
Lorsqu'on se prend 17 coups de fusils dans le ventre, on est condamné à ne plus Vivre. Lorsqu'on a si mal, on est condamné à attendre la mort, en souffrance. Anaïs en sait quelque chose ; elle, la spectatrice et la victime de ce monde morose et dans lequel les hommes n'ont pas d'ambition de grandeur humaine : ils se contentent de vivre petit, d'aimer petit, de ressentir petit, n'aspirent qu'à du futile et restent ainsi dans leur petitesse. Mais un monde où l'élévation de l'esprit est roi et l'harmonie reine, existe peut être…
Extrait du livre
J'avais peur de penser à Nahel, mais je ne pouvais pas m'en empêcher. J'avais peur car : et si Nahel n'était que le fruit de ma folie ? S'il n'existait que dans ma tête ? Alors ce serait terrible de penser que j'aime un homme qui n'existe pas, sinon dans mon imagination… Pourtant, ni lui, ni son « monde » ne correspondaient mon « idéal ». Et logiquement, si je devais inventer un homme à aimer et un monde où il ferait bon vivre, je créerais sur mesure ce qui me plairait… Le soir venu, après m'être refait le bandage de ma main mordue et avoir avalé antibio et paracétamol pour le mal de crâne, je m'installai sur mon lit. Assise, les yeux grands ouverts. Bien décidée à ne pas fermer l'œil. Rien ne se passait. Les voisins ne daignèrent pas faire un seul bruit ce soir là. Malgré les fenêtres grandes ouvertes et la lumière allumée, aucune mouche ni autre insecte volant ne vint s'aventurer chez moi. Rien pour me sortir du silence dans lequel j'étais plongée. Cela m'agaça. Puis finalement, arrêtant d'attendre après une quelconque distraction idiote, je commençai à nouveau à penser à Nahel. Mais sereinement cette fois ci, sans colère ni peur. Deux mois s'était écoulés à présent. Et je réalisais vraiment ce soir là à quel point Nahel me manquait. Je me souvenais de son visage. Je me souvenais de ses conseils et de ses recommandations. Je me souvenais à quel point il croyait en moi. Je me souvenais à quel point cet ange gardien m'avait à nouveau donné l'envie de croire en l'Homme et en sa capacité à s'élever de par l'esprit de ce bas monde. Il m'avait tant appris... Et était devenu plus qu'un ami, un frère, une âme sœur. Et j'étais là bas si sereine, tellement aimante à nouveau… Ressourcée et revigorée par la forêt. Par la Mère Nature elle-même. Comme un animal ou comme une plante, je me sentais parmi les miens avec Nahel et la forêt, bien plus que je ne l'avais jamais été avec les Hommes. Plus d'angoisses, plus de peurs, plus d'oppressions, plus de mal, plus de lassitude ni de morosité. La forêt, Nahel… ceux que j'avais toujours attendus sans même en avoir connaissance. Les deux éléments qui font que mes aspirations essentielles puissent se réaliser, enfin. Aspirations pour lesquelles il n'y a pas de place dans ce bas monde… J'étais convaincue que je n'avais pas rêvé tout cela. Ce n'était pas possible ! Je n'aurai pas eu tant d'émotions en l'espace d'un mois auprès d'éléments fictifs. Il fallait à tout prix que je retrouve Nahel et son merveilleux monde régit par la seule loi de l'harmonie. Il fallait que je retrouve Nahel et mon Arbre pour au moins penser, lorsque le vieil âge viendrait, que j'avais réussi à avancer chaque jour sur les chemins de mes aspirations. Pour penser que j'aurai au moins essayé de devenir un être un humain pensant et Vivant. Et qui tente de parvenir à ses quêtes. Je savais quelle était mon étoile à présent. Il fallait maintenant que je découvre comment l'atteindre. Et c'est là-dessus, que je m'envolai comme un papillon de nuit vers d'autres cieux…
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre