éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
curiosités tardives
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Paul Héger
 
Présentation
Paul Héger, ancien bâtonnier et professeur émérite à l'université, découvre pas à pas les avancées des sciences contemporaines et résume les ouvrages qu'il lit, tentant d'aller à l'essentiel et de l'exprimer simplement. Ni savant, ni théologien, ni philosophe, il convoque cependant hommes de foi ou hommes de science dans une discussion captivante. Du Big-bang à la question du temps, de l'apparition de la vie à la question de la conscience et de la liberté, l'auteur a le regard candide d'un novice avide de réflexion. Un carnet de notes, un "texte à casser" à l'usage du lecteur soucieux d'être un "honnête homme" du XXIème siècle.
Extrait du livre
L'avant-propos a limité le cadre de ce livre: une promenade-découverte et énoncé la question principale: "l'homme, une fois sa machine démontée, n'est-il qu'un pantin qui, l'ignorant, croit en Dieu et se croit un demi-dieu? " J'ai l'impression désagréable que pour certains savants disciples éternels du scientisme une réponse s'imposait comme un dogme pour le croyant, que ce n'était ni une hypothèse à verifier ni un postulat à démontrer, que c'était une évidence qui entraînait un renversement de la charge de la preuve. La science avait eu cette charge dans le passé mais elle l'avait rapportée. Ensuite de quoi, c'était aux humanistes cultivés, mais néanmoins ignorants, de tenter de prouver le contraire. Refaisons un bout de chemin avec eux. Il n'y aurait personne ni rien à qui l'univers devrait son existence. Ce ne serait ni d'un Dieu, ni du néant mais du vide qu'il tirerait son origine. Du Big-bang jusqu'à nous se déroulerait une évolution physique et chimique dictée par le hasard pour les uns, par le déterminisme pour d'autres, par l'ordre ou par le désordre pour d'autres encore. L'homme n'en serait qu'une étape temporaire, la forme la plus complète du vivant dans l'instant présent de la flêche du temps en mouvement. Tout en lui s'expliquerait par ses gènes, son animalité sur-développée et sa sociabilté. Ses sentiments ne seraient qu'une hypertrophie de ses instincts, sa conscience qu'un hublot sur un marécage agressif de pulsions et de complexes inconscients. Son intelligence ne serait qu'un ordinateur sur-puissant et sa culture, une culture de masse. Ils me font penser, dans leur domaine, à ces croyants qui continuent à prendre la Genèse pour un reportage sur la création du monde(...) Mais certains hommes de science nuancent: ils auraient aperçu dans cet enfermenment quelques lumières semblables aux portes de secours des salles obscures. Ils en empruntent même timidement les passages. Ils perçoivent qu'un cercle vicieux s'installe: d'une part, l'homme en trouvant l'explication scientifique de l'homme, se grandit mais, d'autre part, l'homme expliqué est réduit: sa substance n'est même plus humaine. Comme eux des croyants, mais ils sont peu nombreux, sont emportés, âme comprise, dans l'explication scientifique et ne sont plus éclairés que par les lumignons d'une foi sévèrement bridée. D'un côté comme de l'autre, certains cherchent une voie conciliatrice.La religion du passé y céderait le pas à la science pour tout ce qui est de son domaine et plus encore lui ferait confiance pour l'étendre encore à l'avenir. La science devenue totalement consciente de la réversibilité de ses découvertes et des limites de son champs d'action, retrouverait l'humilité, parure des grands hommes, et céderait le pas aux religions pour ce qui est de leur domaine. (...) L'existence de Dieu n'enlevrait rien au savant qui sait que, de toutes manières, lorsqu'il aura botaniquement et moléculement expliqué ce qu'est une rose, celle-ci lui échappera encore et pour toujours, quoi qu'il puisse encore découvrir à son sujet. Mais n'est-ce pas une utopie de plus? (...) N'y aurait-il pas des freins de la peur trop puissants qui immobiliseraient le plus grand nombre sur ses positions alors qu'il y a de la grandeur à les desserrer?
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre