éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Crescendo
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Yonathan Ebguy
 
Présentation
Octave, musicien, financier, juif athée, est de ces êtres au positionnement indéfini, aux contours fluctuants. Mais son regard est fixe. Qu'approchent les falaises abruptes ! Lors d'un repas d'anniversaire, le fil de sa vie se déroule, de son ambitieuse arrivée d'étudiant à Paris, vissé à ses quatre compagnons d'élite, jusqu'à sa quête d'identité de trentenaire aux frontières de la rationalité. Qui devenons-nous lorsque le groupe se désagrège ? Bouffé, bouffé ! Alors. Les serments, les femmes et les doutes se succèdent dans cette âme bercée de doux rêves lacérés. Aux détours de quelques étranges pulsions, aux confins d'une chevaleresque nostalgie, caressez la flamme, pas toujours tendre, des lyrismes d'Octave.
Extrait du livre
Le sommeil descend sournoisement vers moi pour me faire croire que je suis bien. Traître. Quelques minutes passent. Je pense. Pas le courage de me caresser, pas la capacité de lancer la technique de la tache d'encre, celle où la tache noire se répand à l'intérieur de mes yeux pour me couper progressivement du monde et m'emmener vers la torpeur, celle où je chasse toute pensée comme une intruse, et paisible, je disparais dans les nuages rêvés. Je ne m'en sens pas capable. Quelques minutes encore. Mon menton se contracte, puis mes yeux, je sens mes pattes d'oie parcheminer mon visage. Je ne suis pas bien. Ma bouche s'ouvre et je respire fort. Mon souffle est haché et mes abdominaux réveillés. Soudain, soudain, de l'humidité sur mes joues remontées, une larme. J'ai allumé la lumière, pas bien, et je me suis regardé sur le petit miroir de ma table de chevet, je pleure. Que la nuit est froide et longue. Je ne vois rien venir. Je ne le veux pas. Ma main tremble. Quitte à pleurer, autant savoir pourquoi, répète-t-on aux enfants capricieux. Oui, c'est mieux. Alors. Je m'élance pour asséner à mon matelas un grand coup de mon long bras. Pas assez. Je le pilonne de coups nerveux. Pas assez. Dans le miroir de ma vie, je me vois, seul, nu, dans une chambre sombre, étranglé par un collier de lauriers. Une vision, une autre, des orgues basaltiques de la Chaussée des Géants en déséquilibre ondulé, m'obsède. Tsiganes parias, berbères barbares, vous les mal nommés. Encore de cette fosse, pendant que le temps laisse choir des horizons, jaillissent de nouveaux bras, les pusillanimes et les rangés. Je sens ma cheville moins leste. Alors, alors. Remédions à cela, sèche tes larmes dans le feu. En vociférant d'ignobles jurons, j'ai défoncé mes phalanges dans une série de violents crochets dans le mur. Descends sommeil, descends sur mon lit carbonisé. Bouche tes oreilles mon joli monde mon enfant. Bouche tes oreilles et ferme les yeux, tu ne dois pas me voir ainsi mon amour. Dans un coin, mon chœur rit franchement. Il faut que je dorme. Je me suis blotti, genoux contre menton, avant-bras sur les cuisses. Coralie veut un appartement. Coralie veut un enfant. Coralie veut un appartement, Coralie veut un enfant ! Coralie veut un appartement, Coralie veut un enfant. Dors, doucement dors. Dors, dîne, dors dîne, dordine ! Dordine imouk. Dors, doucement dors. Sur mes joues trempées et mes poings en sang, je me suis assoupi.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre