éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Souvenirs de "chien-chien"
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Marzic Le Goz
 
Présentation
Souvenirs de « chien-chien. » Avertissement au gentil lecteur. Vous avez choisi ce livre. Merci ! Je ne l'ai pas écrit moi-même. Je suis un chien, un petit Teckel. Une demoiselle. Je m'appelle Carine. Joli nom ? Non ? Un chien, une petite chienne, pensez vous, ça ne peut pas écrire. Je vous rassure. Avec mes pattes avant à coussinets, je ne pourrais pas tenir une plume, je ne pourrais pas taper sur un clavier d'ordinateur avec la précision dactylographique de mon bon maître. Vrai. Je n'ai pas écrit ce livre et je ne l'ai pas dicté à mon bon maître, mais je l'ai inspiré. Comme la muse à son poète. N'est-ce pas essentiel, l'inspiration ? Pour un auteur ? Si je n'avais pas été présente, personne n'aurait raconté les belles histoires que vous allez lire. Je regarde
Extrait du livre
Extrait long. Dans le chenil de Saint-Sauveur, on m'avait séparée de ma maman. Je ne l'ai jamais revue. J'avais un petit frère jumeau : Plouf. Lui aussi était né « P. » Ce bon petit copain veillait sur moi. Quand les autres chiens m'aboyaient mon Plouf leur répondait. Et vertement ! Je pouvais compter sur lui pour me défendre. Le soir, nous nous endormions l'un contre l'autre, moi, le nez contre son derrière et lui, le sien contre le mien. J'aimais respirer son odeur pouponne. Ca me rassurait. Hélas ! On m'a aussi privée de mon frérot. Quand on est habitué à une race de chien, on n'en change pas volontiers. Mes futurs bons maîtres recherchaient un Teckel « fifille ». Ils venaient de perdre leur Carine IV, victime d'un œdème pulmonaire. C'était une grosse perte. Ils voulaient adopter un Teckel à poils ras. Or j'étais un Teckel à poils durs et le patron du chenil de Saint-Sauveur n'avait pas d'autres Teckels à proposer. Discussion. Négociations. Examens, contre examens et palpations. J'étais soumise et angoissée. Indécision et décision. Mes futurs bons maîtres exposaient leurs souhaits, palabraient, discutaient, hésitaient. Et moi, j'écoutais ces inconnus et je m'inquiétais. Que voulaient ces étrangers ? Ils m'examinaient, me soupesaient, me caressaient, mais ignoraient mon frérot : - La femelle ! Pas le mâle ! Insistait ma future bonne maîtresse. Dommage que ce soit un « poils dur » ! Nous avions un « poils ras. » Le patron du chenil argumentait. Il prétendait qu'entre un « poils dur » et un « poils ras », il n'y avait guère de différence. Les deux étaient de la race Teckel. La querelle sémantique sur la nature des « poils » du chien me semblait sans issue, quand soudain, mon futur bon maître, après s'être concerté avec ma future bonne maîtresse, conclut la discussion : - Va pour un « poils durs » ! Je crois que j'ai plu à ma future bonne maîtresse. Elle s'était entichée de moi. « Ce petit toutou a une bonne bouille. » Sans hésiter, elle m'a prit dans ses mains douces. D'abord j'ai ressenti un petit coup au cœur. Qui était que cette dame ? Et pourquoi tant de familiarités ? Puis sous la pression des caresses, et contre la peau bien douce de ses mains, je me suis apaisée. J'ai ressenti une grande tendresse. Je lui ai léché les doigts. Je venais d'adopter ma future bonne maîtresse.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre