éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Berlusconi face à l'Europe
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Albin Arnera
 
Présentation
Quelle image peut donner à l'étranger un président du Conseil, magnat des médias contrôlant directement ou indirectement toute l'information nationale, qui plus est l'homme le plus riche du pays plusieurs fois mêlé à des affaires judiciaires, allié à des post fascistes et des autonomistes aux accents xénophobes ? Et pourtant, faut-il rappeler que cet homme est arrivé au pouvoir démocratiquement et que son gouvernement devrait être au printemps prochain le premier de l'histoire de la République Italienne à arriver au terme de sa législature ? Le gouvernement Berlusconi représente t-il un danger pour l'Europe ? Aperçu d'un face à face entre l'Union Européenne et l'Italie, au travers des inquiétudes, des interprétations et des incompréhensions.
Extrait du livre
Dans les polémiques internationales qui investissent l'Italie au travers des journaux européens, le président de la République intervient, avec une placidité exemplaire. Convaincu bien au contraire que Berlusconi ne pourra jamais maintenir ses promesses démagogiques sur les taxes et que le cas échéant, il sera immédiatement rappelé à l'ordre par l'Union européenne, il rassure ses partenaires : « la politique européenne a en Italie un consensus unanime » . Une telle adhésion dont le président est le garant assure qu'un semblable consensus a inspiré et continuera d'inspirer la conduite de l'Italie en Europe. L'annonce de Ciampi arrive à la fin d'une semaine difficile pour le Cavaliere, bien souvent fustigé par les journaux du monde entier. L'hebdomadaire américain le Time met le Cavaliere en couverture dans son édition européenne, avec le titre : « Il revient en piste. Les électeurs lui redonneront-ils une autre chance ? ». Son reportage assez neutre évoque le changement d'attitude de Berlusconi auquel les citoyens s'identifient le plus. Dans le quotidien londonien The Times apparaît une chronique favorable à Berlusconi : « son esprit affairiste et ses politiques lui garantissent une meilleure crédibilité. L'Italie veut un changement ». En Allemagne, le Frankfurter Allgemeine Zeitung titre « Berlusconi promet tout à tous », et reporte les préoccupations européennes. Le quotidien berlinois Tagesspiegel commente la campagne du Cavaliere : « Seulement des paroles vides et des slogans », relayé par Der Spiegel. Au lendemain des élections, la presse étrangère est très prolixe sur cet événement. Pierre Moscovici, ministre français des Affaires européennes, déclare que « la victoire de la Casa delle Libertà n'est pas une bonne chose, alors que les idées de Berlusconi sur l'Europe ne sont pas claires , avant d'ajouter plus loin que, néanmoins, « il ne s'agit pas d'une seconde Autriche » . Face à ces attaques en cascade, de nombreux italiens sont offusqués du traitement réservé à leur nouveau président du Conseil dans la presse européenne. Selon Le Monde, même si on peut faire un parallèle entre Berlusconi et Wolfgang Schüssel dans leur alliance avec l'extrême-droite xénophobe pour gouverner, leur histoire est somme toute bien différente . Le poids de Bossi au sein de la coalition, à peine 10%, est moindre que celui détenu par Jorg Haider en Autriche. Il est certain que le président du Conseil n'attire pas la sympathie des dirigeants européens, à l'exception de José Maria Aznar, qui a fait admettre Forza Italia au sein du PPE. Mais au-delà de cet aspect, Berlusconi n'inquiète pas vraiment, selon l'avis d'un homme politique français « Sur l'Europe, ce n'est pas un déviant, le corps électoral italien est trop profondément européen pour qu'il puisse se le permettre ».
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre