éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Les Occasions manquées
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Joan Ott
 
Présentation
Si elle avait compté quatre au lieu de trois S’il n’avait pas pris la fuite devant cette belle rousse … S’il avait lâché son père, ce jour-là, sur le toit … Si elle avait, ne serait-ce qu’une seule fois, ouvert ses cartons … Si elle n’avait avait pas donné rendez-vous à son fils sur ce quai … Si elle avait eu un porte-jarretelles rouge, ce jour-là … S’il avait fait mine de ne pas la reconnaître, dans cette librairie … Si elle avait résisté à ce stupide désir de faire du théâtre … S’il ne l’avait pas vue nue, dans ce sauna … Si … Avec des « si » on referait le monde … Petites choses minuscules, insignifiantes, à peine perceptibles au moment elles adviennent, les occasions manquées peuvent parfois changer le cours de toute une vie.
Extrait du livre
La maison est là. Construite sur un piton rocheux. Pour y accéder, une passerelle. Pas même une passerelle. Une simple planche. Posée entre le piton rocheux et la falaise. Entre le piton et la falaise, un précipice de quatre cents mètres. Elle est au bord de la falaise. Elle est devant la planche posée entre la falaise et le piton rocheux. Elle est debout, devant la planche sur laquelle il lui faut marcher pour entrer dans la maison. Elle sait qu'elle doit entrer dans la maison. Mais elle a peur. La planche ne semble pas solide. Elle est beaucoup trop étroite. Elle se souvient de cette phrase de Pascal. Une phrase en anacoluthe qu'elle aime mais qui ne lui revient pas. Comment était-elle cette phrase. Le plus grand philosophe… si… l'imagination prévaudra. Autant dire la peur l'emportera. Elle ne retrouve pas la phrase. Elle la cherchera demain. Demain elle la trouvera. Mais maintenant il lui faut entrer dans la maison. Elle sait qu'elle doit absolument entrer dans cette maison. Mais elle a peur. La planche est si étroite. Maintenant elle marche sur la planche. Tout vacille. Elle, la planche, la falaise, la maison, tout cela vacille. Il n'y a que le précipice de quatre cents mètres qui ne bouge pas. Il est là. Il l'attend. De toute éternité, il est là, et il l'attend. La maison n'a été construite, la planche n'a été posée que dans ce seul but : Qu'elle monte sur la planche et que tout vacille et qu'elle perde l'équilibre et qu'elle tombe dans ce gouffre. Pourtant, elle n'est pas sujette au vertige. Une fois seulement. Elle se souvient. A Saint-Laurent du Maroni. La visite du Bagne. L'escalier de fer. Rouillé. Et au-dessous le vide. Sa peur. Sa terreur de tomber dans le vide. Mais non. Elle ne tombe pas. La porte de la maison est là. Devant elle. Il suffit de pousser la porte. Elle pousse la porte. Elle entre. Elle sait que la pièce où elle est entrée est la seule pièce de la maison. La pièce est vide. Entièrement vide. Et tout autour de la maison le précipice. Et le vide. La maison a l'exacte dimension du piton rocheux dont elle épouse la forme. Autour il n'y a rien. Rien que le vide. Dans la maison elle est en sécurité. Elle le sait. Elle ne risque plus rien. Elle n'a plus peur. Elle a réussi. Sur la planche branlante elle a enjambé le vide et elle est entrée dans la maison. Maintenant elle est à l'abri. Les murs sont en bois brun. Il n'y a rien sur les murs. Et dans la pièce il n'y a rien. Pas de meubles. Seulement ces murs en bois brun. Mais il lui faut quitter la maison. Elle sait qu'elle doit retourner sur la planche. Enjamber à nouveau le vide. Elle ne veut pas. Elle a peur. Mais elle doit le faire. Elle ne peut pas rester ici. Cela lui est interdit. Elle le sait très bien. Alors elle retourne sur la planche. A nouveau ce vertige. A nouveau le précipice de quatre cents mètres. Elle réussit à traverser. Elle est à présent sur la falaise. Elle a traversé. Elle est saine et sauve. Elle n'est pas tombée. Mais elle doit retourner dans la maison. Elle n'a rien oublié pourtant. Elle le sait. Elle en est tellement sûre. Elle dit : Je n'ai rien oublié dans la maison. Mais il lui faut y retourner. Cela finira-t-il jamais.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre