éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Cryptogrammes
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Nadine Manzagol
 
Présentation
Le titre de l’ouvrage : « Cryptogrammes » évoque une écriture en caractères secrets, certes, mais l’idée de crypte ou de réceptacle est plus proche des intentions de l’auteur qui évoque ainsi son insularité native. Le « corps primitif de l’île », (selon l'expression de José Gil in « La Corse entre la liberté et la terreur ») est cet espace originaire qui donne aux fictions et aux poèmes leur caractère si particulier. Ile intérieure que l’on retrouve en soi, révélée comme une empreinte primitive. Ile, source de métamorphoses renouvelées ou île d’enfermement, pétrifiante. Les deux peut-être, et simultanément…
Extrait du livre
L’utopie comme métaphore Utopie flottait, yeux grands ouverts à la surface de son rêve... Longtemps elle vécut riveraine entre deux sommeils, aux versants de deux aubes et deux crépuscules. Le même songe qui divisait son sang nourrissait son désir, et ce désir parfois l'altérait étrangement. Désir du désir du désir, le désert s'accroissait, les mirages crevant comme des bulles sous le zénith. Dépossédée de son corps, son corps devint le théâtre de phénomènes singuliers. On vit alors de sombres institutions, grands blocs monolithiques et cellulaires s'enraciner dans sa chair vive. Veuves d'elles-mêmes, sacrificielles et funéraires, qui sécrétaient pour elle tout un sépulcre de reflets comme une ombre fatale. Toute une mémoire étatique, mathématique et informaticienne programmait ses dérives et son désoeuvrement. Et Utopie flottait, yeux grands ouverts à la surface de son rêve... Utopie n'avait plus le temps. Les temps étaient contradictoires, harcelants. Troublée, elle conjuguait passé et avenir, jusqu'à leur confusion et son désarroi. Oui, Utopie n'avait plus le temps et son coeur affolé battait comme une horloge sans aiguille. Voilà qu'elle tournait à présent sur elle-même, révulsée, dans l'effroi d'une clarté implacable. Voyante, aveugle, hurlante ! D'abord sans qu'elle y prît garde, dans l'effritement d'instants successifs, la "chose", progressivement l'avait dévorée : et voilà qu'Utopie était tombée vertigineuse dans les grandes matrices stériles du Zodiaque. Car, autrefois, au temps où le temps avait un sens, Utopie, pour tout dire, était quelque peu astrologue et vivait donc de l'air du temps. C'était avant la grande famine, mais on parlait déjà de chômage. C'était quand les colons colonisaient, les patrons patronnaient, les maîtres maîtrisaient, et Utopie vivait de l'air du temps. C'était dans l'ordre des choses. Mais beaucoup l'en blâmaient sans comprendre que ses fureurs et son rire étaient ses seuls pouvoirs excessifs. Et, quand elle était excédée, Utopie prophétisait, précisément à cause de tout cela, parce que les choses étaient trop à leur place, que les rôles ne s'échangeaient pas et que le pouvoir revenait toujours aux mêmes. Ce qui donnait à la durée sa permanence, son poids de réel et de contrainte tangible, rassurante. En ce temps-là, néanmoins, Utopie n'avait pas lieu. C'était même sa raison d'être. On venait la voir clandestinement, par hasard, presque par mégarde. Elle rendait le hasard et l'erreur en fleurs éphémères, grignotait l'air du temps, et ses visiteurs repartaient avec l'impossible et ses fêtes dans le coeur sur les routes balisées de la Loi. Migrations d'insectes sous le soleil. Les demeures d'Utopie étaient paradoxales. Aux carrefours de l'égarement, aux artères d'une circulation capitale et baroque. Aux termes de la résignation, aux portes de la sédition commençait le royaume. L'architecture en était aussi bouleversante que stratégiquement bouleversée. Le désordre y trouvait sa rigueur et son sens. Les pièces s'échangeaient au rythme des saisons, au rythme des marées et du cycle lunaire. Une chambre toujours était inhabitée. Ouverte sous le ciel et livrée aux orages, aux oiseaux, à l'oubli comme une orgue en plein vent. Les chats et les planètes y menaient leur sabbat en rondes parallèles, dans la fièvre d'éclipses et de solstices fous.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre