éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Le don de toi
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Muriel Lozac'h
 
Présentation
Parce que c'est ainsi : la vérité triomphe toujours ! On a beau la cacher, l'enfouir, l'oublier même, laisser s'écouler des années, une vie presque, l'instinct ou l'intuition on ne sait trop, guideront les pas de cette jeune femme et de ce jeune homme, vers ce qu'ils n'ont jamais cessé de chercher: la révélation!
Extrait du livre
Extrait du journal de Maud de Malencourt, 12 avril 2004 Dernier carton vidé, tout dernier tableau accroché, la palette à mes côtés… Je ne vois déjà plus la remorque du déménageur… Enfin je suis d’ici ! Jamais, non jamais, je ne l’aurais imaginée possible cette formidable conclusion. Non, vraiment jamais ! Entendez-vous comme moi ces deux mots si courts qui résonnent si fort pourtant : d’ici ! Ce matin, quelqu’un qui passerait par là, et me verrait le nez en l’air, en pyjama à carreaux verts, à chercher cette lumière céleste que je nomme « l’étoile du matin », celle qui n’est jamais la même, mais celle qui se trouve par hasard ou plutôt à cause de la ronde des planètes, précisément à l’angle de la cheminée et de la dernière branche du sapin centenaire, assurément, celui qui pénètrerait dans mon univers à l’aube, me prendrait pour une illuminée ! Oui, je le respire mon jardin, je m’enivre en ce premier lever du jour de tout ce que la nature m’offre, je me gorge de toutes les promesses nimbées de brume et de perles de rosée. Illuminée ? Non, ne vous trompez pas ! Je ne le suis pas. Je suis tout simplement, heureuse. Vous avez bien entendu : heureuse ! Heu-reu-se même ! Comblée de la joie d’ouvrir mes volets et ma journée sur ce jardin si tranquille, perdu au cœur d’une campagne enclavée, presque oubliée. Bah ! Je sais qu’elles sont bizarres les réflexions du petit matin, mes pensées du lever, mes sensations d’avant la première gorgée de thé, encore endormies mais si vives déjà. C’est vrai qu’il est drôlement sympathique ce petit jardinet, et le contemplant pour la première fois, je m’y sens exister. Je peux même y aller d’un bien incongru possessif. « Mon » jardin, est -comme on dirait à San Francisco (oui, j’y ai un ami qui use bien souvent de cet adjectif) - mon jardin donc est « délicieux » ! Oui, il est effectivement délicieux. Vous à qui je m’adresse par ces lignes, vous les hypothétiques récepteurs de ces messages griffonnés de fin de journée, lecteurs qui ne lirez sans doute jamais mon journal puisqu’il est intime et puisqu’il m’appartient – ou alors après ma mort, peut-être – vous donc devez commencer à vous demander pourquoi je commence cette page par le descriptif de ces quelques mètres carrés de mauvaises herbes ! Rien de bizarre, tout va bien, je me sens simplement bien « chez moi ». C’est mon domaine, mon refuge, mon antre et cela faisait bien longtemps que je courais après ce « chez soi » où l’on a envie de se poser. Enfin, j’y suis ! Il est devenu en quelques semaines – ces semaines de travaux et d’aménagement qui permettent de prendre possession des murs, des fenêtres, des espaces pleins et des espaces vides- mon lieu de méditation (oh ! elles sont toujours très brèves les méditations, rythmées par l’ouverture grinçante des volets et leur stabilisation grippée, pensées immédiatement abandonnées avec la fermeture couinante des fenêtres). Chez moi, oui, ça couine toujours ça grince, ça grippe ; mais qu’est-ce que ça vit ! Et ici, plus que nulle part ailleurs…
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre