éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Le sommeil de l'ange
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Alexia Moreira
 
Présentation
Un amour à l'issue fatale... Un récit fantastique captivant Il y a ce drame puis la culpabilité, un deuil impossible à faire, l'éloignement et la maladie...Victorine, jeune étudiante, n'est plus que l'ombre d'elle-même. Un matin à la fac, elle s'effondre,victime d'un malaise plus grave que les autres. Raphaël est le seul témoin.Hasard ou destinée ? Le chemin de Raphaël s'arrêtera là auprès de Vick, il veut l'aider, la sauver de son autodestruction. Mais voilà, le combat s'annonce rude, il ne lui a pas tout dit, il n'a pas tout prévu… Depuis le début il sait que rien n'est possible entre eux, qu'il devra la quitter… Tout juste âgée de 23 ans,Alexia, jeune infirmière diplômée d'état, publie un premier roman prometteur..
Extrait du livre
L'anorexie n'était pas véritablement sa maladie, elle souffrait de culpabilité, de dépression. Elle avait envie de crever rien qu'en pensant que plus jamais elle ne pourrait revenir en arrière, qu'à tout jamais elle serait obligée de se dire que si elle n'avait pas été là Mathilde vivrait encore. Raphaël ne pouvait pas effacer cela, elle pouvait oublier son envie de mourir mais elle ne pouvait pas la perdre. Vicky se coucha ce soir là avec la peur de ne jamais revoir Raphaël, ils ne s'étaient rien promis, rien ne le poussait à revenir. Dans l'obscurité de sa chambre, elle pensa à lui, essayant de l'imaginer juste pour ne pas avoir à se faire des idées sur ce qu'un jeune étudiant pouvait faire de ses vacances. Pendant leur rencontre, il avait beaucoup parlé de lui, tout en gardant une part de mystère, il lui avait narré des anecdotes de ses compétitions, il lui avait raconté son parcours, sa famille, ses rêves… Ses paroles la berçaient, elle ne se sentait pas dans l'obligation de parler d'elle, elle lui empruntait un bout de sa vie pour mieux accepter la sienne. Il était déjà tard quand Vicky ferma les yeux se souvenant des dernières confidences qu'il lui avait tenues, cherchant un indice, quelque chose pouvant expliquer son absence. –Je me disais aussi qu'à 14 ans on ne devait plus jouer à la marelle mais c'était marrant de voir comment on pouvait arrêter le temps rien qu'en s'obstinant à faire des choses que l'âge n'autorisait plus. Ça enrageait mes parents, on traitait leur enfant d'attardé, mais tout ce que je voulais c'était casser les conventions que l'on essayait d'imposer à ma vie. Je voulais être libre ne plus avoir à subir l'absurdité des adultes. Je ne dis pas que jouer à la marelle était mon obsession à cette époque, mais c'est à ce moment là que j'ai compris que non seulement le temps passe mais qu'en plus on doit laisser derrière soi tous ces petits plaisirs qui ont construit toute notre enfance, comme le baiser de sa mère avant d'aller se coucher, les larmes que l'on nous séchait pour nous consoler, manger de la confiture avec les doigts comme pour mieux la savourer… ce ne sont que des détails mais on nous les enlève pour mieux les oublier pourtant ils ont autant leur place dans notre vie que ces petits riens que l'on découvre plus tard mais qui eux nous suivent jusqu'à la fin. Et pour couronner le tout, mes parents ont divorcé et je suis venu habiter ici avec ma mère, on m'avait arraché à ma vie, à mon existence et à mon père… C'est là que j'ai compris l'importance de ces petits riens, parce qu'après cela j'ai associé l'odeur de la confiture à mon enfance, à mon pays natal le Canada et plus que cela, à mon père… Je ne pensais rien tirer de la France, c'était juste un pays d'exil professionnel pour ma mère… je n'ai plus rien savouré, plus rien voulu mémoriser car il n'y avait ici aucun bonheur à associer avec. Aujourd'hui je savoure l'odeur du café parce qu'elle me rappelle ton visage. Peut-être que tu trouveras cela étrange, mais j'aimerais t'apporter autant que ta seule présence m'apporte. Comme en jouant à la marelle j'aimerais arrêter le temps… mais avec toi. Victorine pleura pour lui, à cause de la fatalité, contre la vie.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

25.04.2013
merci pour cet agréable moment ! je viens de terminer ce roman et j'ai déja hâte d'en lire un autre. Du supsens, des rebondissements, des émotions... J'adore !!!
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre