éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Librairie
Fiche Livre
Souvenirs d'un médecin d'enfants à l'OSE
Ajouter ce livre à mes favoris
 
Annette Chouraqui
 
Présentation
Le Dr Gaston Lévy est l'une des grandes figures de l'Œuvre de secours aux enfants (OSE) durant la Seconde Guerre mondiale. Alsacien, il est tôt sensibilisé aux périls qui menacent au-delà du Rhin. Aussi mit-il d'abord dans les années 1930, ses compétences médicales, spécialisées dans la pédiatrie, au service des réfugiés juifs fuyant les persécutions antisémites de l'Allemagne et de l'Autriche. Après l'inconcevable défaite française, il est dans la zone dite libre avec sa famille et se rapproche de l'OSE. Son dévouement va très rapidement lui offrir les responsabilités à la hauteur des besoins de l'organisation caritative.
Extrait du livre
L'état de santé des enfants dans les maisons restait relativement satisfaisant. La mise au point de menus adaptés aux circonstances avait eu une bonne influence sur les courbes de croissance. Il y avait bien par-ci par-là de petites épidémies de maladies infantiles (rougeole, rubéole, varicelle) dans les homes, mais les règles d'hygiène et d'isolement strictement suivies permettaient de stopper très vite la contagion. Une seule épidémie, mais gravissime celle-là, devait laisser un très mauvais souvenir. Pendant l'hiver 1942-43, trois petits enfants de la pouponnière furent subitement atteints de la maladie de Chevalier-Jackson. Il s'agissait là d'une laryngo-trachéobronchite maligne. En quelques heures, les symptômes respiratoires étaient devenus tellement graves, l'asphyxie tellement menaçante que je dus demander à l'excellent ORL de Limoges, le Dr Martroux, de procéder à des trachéotomies. Il y avait bien quel-ques sulfamides à notre disposition ; ils étaient inefficaces. Il n'y avait évidemment ni antibiotiques ni corticoïdes. Aujourd'hui où j'écris ces lignes, en 1978, la maladie de Chevalier-Jackson reste, malgré nos moyens thérapeutiques, une maladie redoutable. Deux des trois enfants moururent en peu de temps. Le troisième semblait guérir. Notre infirmière-chef, Germaine Lévy, avec son fort accent alsacien l'appelait notre « drombe [trompe] la mort ». Malheu-reusement, lui aussi, un beau matin, a été trouvé mort dans son petit lit. Quelle explication à cette mort tardive ? Myocardite par les toxines de cette infection sévère ? Tissu cicatriciel de la trachéotomie qui aurait comprimé en fin de compte des terminaisons nerveu-ses donnant la mort par réflexe ? Personne ne pourra le dire ! Il y a un fait certain : les enfants qui avaient été atteints de la maladie provenaient de milieux réfugiés sous-alimentés, ayant traîné sur les routes de France et dans des cachettes. L'épidémie de poliomyélite sévissait autour de nous dans le centre de la France en 1943. Elle nous causait beaucoup de soucis. À ce moment, il n'existait pas encore de vaccin contre la « polio ». Le sérum de l'Institut Pasteur était un sérum de « singe » assez choquant. Je conseillai à nos médecins un traitement préventif que j'avais souvent appliqué dans ma pratique pédiatrique avant la guerre et que je conseillerais encore aujourd'hui pour un enfant non vacciné en cas d'absence de gamma-globulines spécifiques de polio. Partant du fait que la polio était une maladie beau-coup plus répandue qu'on le supposait, nombre de personnes sont plus ou moins immunisées parce que leur sang contient des anticorps. J'ai, par conséquent, conseillé d'injecter aux enfants en intramusculaire et à titre prophylactique, à deux reprises au cours d'un mois, 10 cc de sang d'adulte. Pour les enfants dont les parents n'habitaient pas à proximité, on pouvait faire préparer 10 cc de sérum par un laboratoire d'un hôpital proche. Par la suite, nous n'eûmes plus de cas de polio dans nos homes.
Les avis des lecteurs
Donnez votre avis

éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre