éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Blog auteur
Saurel Jacques
 
Mon dernier livre
 
De Drancy à Bergen-Belsen, 1944-1945 - Nouv éd.
Paru le 29.05.2015
Ses autres livres
 
Souscriptions
 
Biographie
Jacques est né à Paris en 1933 dans une famille juive récemment émigrée de Pologne. Il a deux sœurs et un frère. Pendant la guerre, son père est prisonnier. Jacques est arrêté début février 1944 avec l'une de ses sœurs, son frère et sa mère, interné à Drancy puis déporté à Bergen-Belsen comme juifs pouvant servir de monnaie d'échange. Ils sont évacués par le « Train fantôme » peu avant la libération du camp devenu un mouroir : les Britanniques découvrent 13 000 morts par terre et 60 000 détenus. La famille proche de Jacques a survécu à la Shoah mais pas la majorité des siens. Après guerre, il travaille dans le prêt-à-porter puis dans la coiffure. Il change de nom en 1963. Il s'investit dans la mémoire est devient Secrétaire général de l'Amicale de Bergen-Belsen en 2003.
Les auteurs qui soutiennent mon livre
Acheter les livres que je soutiens
Mon Actualité
Ma salle de presse
 
Il a flirté avec la mort
13/4/2017
Jacques Saurel, interné à Bergen-Belsen, est venu témoigner face à des collégiens, bouleversés par le récit de l’octogénaire qui n’a rien oublié de ces années d’horreur Et soudain, les élèves de troisième d’Endarra se mirent à applaudir à tout rompre après le témoignage de Jacques Saurel, 84 ans. Il est un des derniers survivants des camps de la mort. Il avait 12 ans lorsqu’avec sa mère, son frère et sa sœur, il a été interné à Drancy, parce que juif. Ils ont ensuite été emmenés au camp de Bergen-Belsen en Allemagne. Pendant deux heures, cet homme qui a tellement flirté avec la mort a donné une belle leçon de vie à ces ados de 15 ans, qui ont souvent eu les yeux humides à l’écoute de son calvaire, décrit avec pudeur, illustré de sombres diapositives appuyant ses propos, sans dissimulation. Un véritablement…
Quand je vous regarde
17/3/2017
Le poignant témoignage de Jacques Saurel Déporté à 11 ans, Jacques Saurel est venu raconter son histoire aux lycéens de Chrestien de Troyes. Par L'Est Eclair | Publié le 10/02/2017 Le journal du jour à partir de 1€ Pendant deux heures, Jacques Saurel est venu apporter son témoignage aux lycéens.Pendant deux heures, Jacques Saurel est venu apporter son témoignage aux lycéens. Devant vous se tient l’un des hommes les plus heureux de la terre. » Un homme, qui mesure sa chance « de rire et de provoquer le rire » même s’il ne lui est pas évident de « rencontrer des jeunes comme vous, pas les adultes de demain mais ceux de tout à l’heure », glisse Jacques Saurel en préambule aux élèves du lycée Chrestien de Troyes. « Quand je vous regarde, je suis touché et comblé par votre attention. »
la déshumanisation en marche
17/3/2017
Jacques Saurel est un habitué du collège Eugène Lefebvre. Il est déjà venu l’an dernier parler de son enfance et de sa déportation à l’âge de 11 ans. Un témoignage-vérité qui avait touché élèves et professeur. Et ce vendredi 10 février, il est revenu participer à ce devoir de mémoire et rencontrer bénévolement une partie des classes de 3e car il fait partie des derniers témoins. Né en 1933, en région parisienne, dans une famille juive non pratiquante, Jacques n’a appris, qu’en 1942 avec l’obligation du port de l’étoile de David, qu’il était juif. Fils d’un prisonnier de guerre, son père s’était engagé par amour pour la France, il doit à ce statut d’avoir échappé à la rafle du Vel’ d’Hiv’ en juillet 1942. Il a vu alors une partie de sa famille partir pour une funeste « destination inconnue » dont elle ne reviendra jamais. De Drancy à Bergen-Belsen Arrêté en 1944 alors qu’il a 11 ans, Jacques sera emmené au camp de Drancy où il croisera les 44 enfants d’Izieu. Puis, il sera déporté avec sa mère au camp de Bergen-Belsen en Allemagne. Là, pendant 11 mois, il connaîtra la faim, la soif, le froid, le manque d’hygiène, les parasites, la promiscuité, les maladies,la torture des appels quotidiens et interminables, la mort omniprésente, la violence permanente, la déshumanisation en marche... Libéré en avril 1945, Jacques, malade du typhus, errera avec quelques dizaines d’autres rescapés dans un train de fantômes pendant 14 jours et 14 nuits dans des conditions atroces sur les voies allemandes avant de regagner le sol français. Ayant survécu au pire et réussi à retrouver la santé physique, Jacques a ensuite construit sa vie d’époux, de père, de grand-père, d’artisan, d’entrepreneur. Pour ne pas s’ennuyer, il a changé plusieurs fois de profession. Il y a de cela quelques années, Jacques Saurel a répondu à une première invitation d’un collège et depuis c’est avec un souci du partage, de la rencontre, qu’il intervient dans de très nombreux collèges ou lycées de France. À Corbie, il a délivré une belle leçon de vie à une soixantaine de collégiens attentifs et conquis, leur communiquant avec chaleur, avec humour parfois, son énergie, son enthousiasme et son amour de la vie. Jacques Saurel reviendra au collège le 9 mars prochain rencontrer l’autre partie des élèves de 3e. Gageons que ce sera encore un moment d’une rare intensité... Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Famille|Écoles, collèges et lycées|Corbie (Somme)|Jacques Saurel PARTAGEZ SUR SUIVEZ LE COURRIER PICARD
12345678910...
Les avis sur mes livres
 
Froger
30/05/2009
Ce Monsieur nous convie à son parcours d'enfant dans un triste épisode de notre si proche histoire. Sous forme de journal accessible aux pré-ados, avec qui il aime échanger, il émeut par sa simplicité et son grand cœur: A ne pas manquer.
Genon
03/04/2011
Voici un petit site créé suite à la visite de Jacques Saurel au collège Anatole France de Casablanca : https://sites.google.com/site/rencontreavecjacquessaurel/home
 
Articles d'auteurs
 
13/4/2017
17/3/2017
17/3/2017
12345678910...
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre