éditeur
Editeur de livres
             publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, comment éditer - publier son livre
Blog auteur
Quoi de neuf au lycée ?
19/06/2015 17:31:19
  
     
Dans le cadre de leur programme d’Histoire-Géographie, les élèves de Première et de Terminale Générale et Technologique, Ont eu le privilège le Mardi 11 Mars 2014, d'entendre le témoignage de Jacques Saurel, qui a survécu aux camps de concentration durant la Seconde Guerre Mondiale. Tout d'abord quelques rappels historiques: Hitler, au pouvoir depuis 1933 avec le parti Nazi crée les premiers camps d'extermination qui étaient des centres de mise à mort à grande échelle, dont le seul but était d'exterminer un maximum de victime dans un minimum de temps. S’y ajoutent les camps de concentration, lieux fermés de grande taille créés pour regrouper et détenir une population. Ils étaient destinés à interner, exploiter la force de travail et tuer des opposants politiques, des résidents d'un pays conquis, des groupes ethniques ou religieux spécifiques. Ils dureront jusqu'à la fin du conflit. Jacques Saurel témoigne au travers des yeux d'un enfant l'atrocité à laquelle il a survécu durant la Seconde Guerre Mondiale, qui fut le conflit le plus meurtrier de l'Histoire avec plus de 60 millions de morts soit 3% de la population mondiale. 75 000 Juifs français ont été tués suite à la psychose et xénophobie du Führer et de l'Allemagne. Enfant, Jacques Saurel fut obligé de porter une étoile jaune sur laquelle était inscrit « Jow » qui signifie « Juif ». Une désillusion de l'étoile apparu rapidement pour ce petit garçon qui, la portant pour la première fois avec fierté, se vit infliger des violences verbales, raciales, mais aussi de nombreuses discriminations comme l'interdiction de fréquenter les parcs publics. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de démarcations. Son père volontaire pour la guerre fut capturé, puis envoyé dans un camp, il resta donc seul avec sa mère et sa sœur dans leur modeste appartement à Paris, quelques temps avant d'être envoyé dans le camp de Bergen-Belsen où la vie était moins dure que dans d’autres camps tel que Auschwitz. Rappelons que Bergen-Belsen est le camp où Anne Frank, auteur du Journal du même nom, trouva la mort. Durant ce conflit, ce garçonnet pu découvrir les différents visages de l'humanité, le plus favorable étant celui de sa mère qui se sacrifia en donnant sa part de nourriture à ses enfants et le plus défavorable à Drancy où il fut séparé de sa famille pour rejoindre le camp des hommes qui n'avaient aucun scrupule à user de la force pour prendre le repas des plus jeunes. Dans ce camp, il apprit à vivre avec la mort qui l'entourait dorénavant, des corps en décomposition dans les rues. Ensuite vient la libération du camp par les Alliés en 1944 où il retrouve sa mère et sa sœur; ils prennent le train pendant plusieurs jours durant lesquels il attrapa le typhus qui est une maladie mortelle à l'époque. Il sera sauvé par l'Armée rouge. Lorsqu'ils rentrèrent dans leur appartement, le père qu'ils avaient imaginé mort était là, mais ce fut des retrouvailles entre des personnes d'une même famille devenues pourtant étrangères... C'est une des rares familles à s'être retrouvée au complet après cette guerre. La réadaptation à la vie courante se fit petit à petit. Beaucoup comme M. Saurel ont su faire de cette part sombre de leur histoire un devoir de mémoire engendré par la folie d'un homme qui a conduit des millions de personnes à la mort, mais d'autres comme sa sœur et sa mère n'ont pas su se réadapter à une vie « normale ». Mais le plus remarquable reste la philosophie de vie que M. Saurel a développé après ce conflit. Ce témoignage a évoqué parmi certains élèves un sentiment de tristesse lié à l'émotion dégagée dans la voix de M.Saurel qui était ému et affecté de partager son histoire une nouvelle fois. Pour d'autres, ce fut une sensation d’empathie à l'égard de ce petit garçon privé des joies de l'innocence de l'enfance. Une expérience unique et culturellement enrichissante, qui est primordiale pour ne pas reproduire les erreurs du passé. Nous faisons partie des dernières générations à avoir l'honneur de recevoir l'intervention d'un ancien déporté qui, selon l'idéologie allemande, ne devrait plus être là, pour nous aider à faire sortir l'Histoire des cahiers et la mettre dans un contexte réel. M. Saurel a écrit un livre qui se nomme De Drancy à Bergen-Belsen, tout commentaire sur ce livre serait superflu et déplacé. Alors tout simplement, c'est le témoignage bouleversant d'un enfant victime avec sa famille des horreurs des Nazis en 44/45. A lire, et à faire lire, si vous êtes intéressé par ce témoignage, le livre se trouve au CDI. Source image:http://www.google.fr/ Augustine Midavaine, 1ère STMg1


Dernières réactions                                                   Réagir à cet article

 
Saurel
19.06.2015 á  17:36
Ce n'est pas à Drancy que Jacques fut séparé de sa famille pour aller rejoindre la baraque des hommes mais dans le camp de Bergen-Belsen
Saurel
19.06.2015 á  17:36
Ce n'est pas à Drancy que Jacques fut séparé de sa famille pour aller rejoindre la baraque des hommes mais dans le camp de Bergen-Belsen
éditeur, publier un livre, éditer un livre, éditions en ligne, éditeur en ligne, se faire publier, se faire éditer, publier son livre